Environnement

10945

Le moment où le risque de feux de forêt devrait être le plus élevé sera en juillet au sud du Grand lac des Esclaves. D’ici là, les responsables prévoient un début de saison calme, mais surveillent des zones de la région de Beaufort-Delta et du Sahtu anormalement sèches.

10933

Les Dénés du Sahtu vivent auprès des caribous depuis les temps immémoriaux. Ce savoir ancestral est précieux pour les scientifiques qui étudient l’espèce.

10880

«Notre processus est révolutionnaire, à l’échelle mondiale, pour ce qui est de respecter le territoire et l’eau» — David Connelly, Cheetah Resources.

10879

Le biologiste et vidéaste de Fort Smith, Pierre-Emmanuel Chaillon, met aujourd’hui l’éventail de ses compétences au profit d’une étude sur la protection des Caribous, déployée dans les plaines et les collines du Sahtu.

10802

Il a neigé et plu, beaucoup, dans le réseau hydrographique du Grand lac des Esclaves en 2020. C’est ce qui explique le niveau record atteint, selon une équipe de chercheurs.

10775

Des capteurs SmartICE ont récemment fait leur apparition à Tuktoyaktuk. Alliant les connaissances traditionnelles aux technologies modernes, ces instruments sont d’une grande utilité pour obtenir des données fiables sur l’épaisseur des glaces.

10737

Les camps de plusieurs chasseurs et trappeurs autour des rivières Taltson et des Esclaves ont été inondés, mettant en péril le gagne-pain de certains. Le tout est lié à un volume d’eau sans précédent dans le bassin versant du fleuve Mackenzie, assure le gouvernement.

10707

La fonte de la neige et les fortes pluies de 2020 ont entrainé plus de sédiments que d’habitude dans les eaux ténoises, jusqu’à les rendre brunes.

10691

Plusieurs intervenants qui ont participé à l’évaluation environnementale du controversé programme perçoivent l’abattage aérien des loups comme inefficace et couteux.

La pandémie est-elle le meilleur ou le pire moment pour «?être ambitieux dans la lutte contre les changements climatiques?»?? D’après un sondage du programme Énergie positive de l’Université d’Ottawa, les répondants des Prairies penchent pour le pire moment, tandis que ceux de l’Atlantique et du Québec estiment qu’il faut agir dès maintenant. Les femmes sont aussi plus susceptibles que les hommes de prioriser la protection de l’environnement.