Divers

11656

En 1834, après son voyage d’apprentissage en Europe, Mikhaïl Glinka retourne à Saint-Pétersbourg avec l’intention de composer selon la philosophie du romantisme et d’allier le tout à la tradition musicale russe. Il est reconnu comme fondateur du romantisme classique russe lorsqu’il compose, en 1834, son premier opéra : Ivan Soussanine, dont le livret est écrit par Yegor Rosen et le poète Vassili Joukovski, un des précurseurs du romantisme dans la poésie russe.

11651

Ateliers et créativité ; NWTPMA : quatrième édition ; FOTR continue !

11648

Mikhaïl Glinka est né en 1804 à Novospasskoïe, dans la région de Smolensk Oblast Russie, situé entre Moscou et la République de Biélorussie.

11641

De la planche à pagaie à Fort Smith ; Tournoi de pétanque à Yellowknife ; Un circuit « fun », mais non officiel

11638

Pierre le Grand fait la promotion des arts et des sciences de l’empire russe. Inspiré par Louis XIV le tsar souhaite intégrer les connaissances acquises en Occident. Il entreprend la création d’infrastructures académiques et scientifiques telles que l’Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg.

11636

La nuit revient et la saison des aurores boréales commence aux TNO. Les passionnés parlent d’émerveillement et de connexion au cosmos.

11632

À la recherche de jeunes voix ; Du travail à Fort McPherson ; Aventure et photographie

11630

Au romantisme, pendant que Paris et Londres rayonnent à l’est et Vienne au centre, Saint-Pétersbourg est la ville qui illumine le nord-ouest de l’Europe. On y observe l’expansion de la musique classique, des beaux-arts et de la littérature.

11623

Entrainer les leadeurs ; Artistes en arts visuels recherchés ! ; Chandails et symboles

11621

L’instrument de musique qui inspire le plus George Bizet est le piano. Il y est initié par sa mère, Aimée Marie Louise, qui ne se contente pas de l’aider sur les aspects techniques, mais également sur les éléments de composition. Ce sont ces connaissances qui permettent au jeune Bizet d’être admis au Conservatoire de Paris, en 1847 – alors âgé de neuf ans – et de maitriser ses techniques de pianiste sous la tutelle d’Antoine François Marmontel.