Divers

11358

Les Rangers ne craignent pas l’eau froide.

11354

Des formations en entrepreneuriat ; Le loppet de Thebacha est de retour le 5 mars ! ; Une autre édition du tournoi Polar Pond Hockey ;

11350

Vienne, aux mois d’octobre et novembre 1848, est l’arène de violentes confrontations entre les forces rebelles et l’armée de l’empire autrichien. Durant les différentes insurrections réprimées qui se succèdent en Europe en 1848, près de 50 personnes sont tuées à Vienne plutôt dans l’année, soit le 13 mars.

17 février 2022
11341

Apprendre à vivre avec la pandémie

11340

Allègement de certaines restrictions d’isolement ; Avez-vous froid aux mains ? ; Un service de garde pour les congés pédagogiques ; L’Assemblée générale annuelle de l’AFTSO ; Une militaire ténoise se distingue ; Se lancer en photographie

11337

La soirée dansante au Casino Dommayer, le 15 octobre 1844, devient le premier concert présenté par Johann Strauss II et son orchestre. L’évènement se précédé de la présentation de sa composition chorale religieuse pour quatre voix : Tu qui regis totum orbem. Présentée à l’église de Am Hof le 4 aout 1844, cette œuvre de quatre minutes cristallise sa connaissance des méthodes d’écriture musicale, de composition polyphonique, et de contrepoint, acquises auprès de son maitre musical Joseph Drechsler.

10 février 2022
11329

Excès de zèle aux Jeux d'hiver

11328

Le CDÉTNO organise deux cafés emplois ; Hay River se dote d’une nouvelle maison d’hébergement ; Le GTNO à la recherche d’artistes du Slave Sud ; Un jardin pour le jubilé de platine de la reine ; Avez-vous déjà voulu être modèle ?

11327

Deux années après la présentation de son chef-d’œuvre La Marche de Radetzky, Johann Strauss décède à Vienne en 1849, infecté par la scarlatine. Des milliers de personnes assistent à ses funérailles, et, comme ultime adieu, on joue sa valse Des Wanderers Lebewohl (l’adieu du vagabond). Il laisse près de 260 compositions, dont la plupart sont des valses, des galops et des polkas. Johann Strauss II, quant à lui, naquit à Vienne, le 25 octobre 1825, période à laquelle son père des meilleurs compositeurs de danse à Vienne.