Vindicte populaire

Lorsque le député de Tu Nedhé-Wiilideh, Steve Norn, a annoncé qu’il avait contracté la COVID-19 et qu’il était à l’origine de l’émission d’une notification d’exposition dans un restaurant de Yellowknife, la rumeur s’est emballée. Et quand ce cas est devenu une grappe de cinq et qu’il a entrainé l’isolement de quelques 90 possibles contacts, dont des élèves d’une école secondaire, plusieurs sont tombés à bras raccourcis sur le législateur.

Sur les réseaux, il était commun de réclamer son congédiement ou d’implorer la première ministre de le mettre à la porte (elle n’a pas ce pouvoir). On a hurlé à la négligence et fait circuler en ligne des blagues douteuses sur l’élu. Quand la première ministre, dans une déclaration publique, a indiqué « qu’il y a des conséquences lorsque les gens ne respectent pas » les règles de santé publique, certains médias ont insinué que la remarque était dirigée vers le député.

Or, jusqu’à preuve du contraire, Steve Norn n’a enfreint aucune règle. Il a bel et bien effectué son auto-isolement avec sa famille. C’est après avoir complété sa quarantaine et alors qu’il n’avait pas de symptôme, et ne pouvait donc pas se douter qu’il était porteur de la maladie, qu’il s’est rendu dans le restaurant. D’autres endroits fréquentés par le député dans les heures qui ont suivi sa sortie d’isolement ont été recensés sans faire l’objet de notification d’exposition, une salle de sport notamment. À nouveau, le député ignorait avoir contracté le coronavirus.

Une possible exposition à l’Assemblée législative, rapportée par Cabin Radio, mais que nous n’avons pas pu vérifier, serait survenue au dernier jour de la quarantaine du député. Bien que cela puisse sembler une violation des règles, ça ne l’est pas forcément. Dans certaines circonstances urgentes, on autorise les personnes en isolement à effectuer une course, pour aller chercher des médicaments à la pharmacie par exemple. On demande alors de porter le masque et de garder ses distances. Il n’est pas impensable qu’un député ait pu avoir une course urgente à l’Assemblée législative et il semble que, si c’est le cas, M. Norn ait choisi de faire la sienne à un moment de faible achalandage.

Le député, auquel nous souhaitons un prompt rétablissement, mérite le bénéfice du doute et la compassion. Pendant une semaine, il a été injustement livré à la vindicte populaire. Attendons un peu avant de sauter aux conclusions.

Surtout, que cet épisode nous rappelle l’importance de respecter les règles de santé publique, d’effectuer l’auto-isolement lorsque c’est requis et de continuer d’adopter les gestes barrières qui freinent la propagation du virus. La pandémie n’est pas finie et l’effort nécessaire est collectif.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.