Éditorial : Une rentrée fermée

05 septembre 2019

 La décision de la ministre de l’Éducation n’est certainement pas de la musique dans les oreilles de la CSFTNO. Cette escalade juridique ne fait que souligner la cacophonie dans laquelle plusieurs parents ténois doivent évoluer. Ils ont d’un côté, une communauté francophone accueillante et de l’autre un gouvernement revêche.
La CSFTNO déploie beaucoup d’effort à l’évaluation des soumissions des candidats non-ayants droits et soumet leur candidature avec conviction. Et il est vrai que certaines candidatures sont approuvées par le ministère.
Il est toutefois déplorable que la ministre traite avec si peu de respects ces parents d’élèves en lâchant sa décision à la dernière heure de son mandat. Même si les décisions eut été positives pour ces demandes d’inscriptions à l’école francophone, elles n’auraient pas du tomber le dernier jour ouvrable avant la rentrée.
Ce manque de considération envers ces citoyens laisse un gout amer aux décisions gouvernementales. La rentrée scolaire est une étape clé de notre société qui mise sur l’éducation pour avancer. C’est triste de voir des portes se fermer, et surtout de voir autant d’embuches joncher le chemin de l’école.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.