Vie associative : Nouvel agent de projet à la FFT

Jia Chen Mi. (Crédit photo : Denis Lord)

Jia Chen Mi. (Crédit photo : Denis Lord)

La FFT recrute pour Victoria 2020.

Si la plupart des gens viennent dans le Nord pour la nature, c’est étrangement la ville de Yellowknife elle-même qui a attiré le nouvel agent de projet de la Fédération franco-ténoise, Jia Chen Mi.

« Yellowknife a des caractéristiques plutôt uniques en organisation urbaine, note M. Mi. Il y a la fluctuation de sa population, le fait que c’est une ville assez nouvelle, et sa volonté d’acquérir un campus universitaire. »


Or, M. Mi envisage justement de travailler en urbanisme après ses études.


Il devrait terminer l’an prochain un baccalauréat en études cognitives à l’université McGill.


« C’est un domaine interdisciplinaire pour comprendre le comportement humain, explique le jeune homme élevé à Montréal, comment le langage et les émotions fonctionnent. »


Les études cognitives incluent la psychologie, la philosophie et la linguistique.


Si plusieurs bacheliers deviennent chercheurs, Jia Chen Mi envisage davantage de travailler dans le domaine de l’urbanisme, où on utilise de plus en plus les personnes ayant son type de compétences, alors qu’on planifie le développement des villes en tenant compte du comportement des gens.


Elles peuvent par exemple participer à la conception des terrains de jeu, ou du mobilier urbain.


M. Mi pourrait éventuellement travailler pour une municipalité ou une firme de consultants.


Les jeux à Yellowknife
À Yellowknife, Jia Chen Mi, a déjà l’occasion de se familiariser avec l’administration municipale, puisqu’il travaille à convaincre celle-ci de présenter sa candidature pour obtenir les Jeux de la francophonie canadienne en 2023.


Ces Jeux sont organisés par la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF).


Jia Chen Mi et la FFT, qui pilote ce dossier, s’affairent actuellement à monter un dossier, entre autres en échangeant avec des villes et des organisations qui ont déjà reçu les Jeux.


La FFT doit présenter son dossier au conseil municipal de Yellowknife d’ici quelques semaines.


Les lettres d’intention doivent parvenir à la FJCF pour le 30 mai.


Vers Victoria
À plus court terme, l’agent de projets œuvre à construire la délégation de jeunes de 14 à 18 ans qui représentera les Territoires du Nord-Ouest aux prochains Jeux de la francophonie canadienne, qui auront lieu à Victoria en 2020.


Les Jeux englobent bien sûr des activités sportives – badminton, basketball, ultimate frisbee, athlétisme – mais aussi culturelles et communautaires.


Dans un premier temps, la FFT veut recruter un entraineur et un chargé de projet, c’est-à-dire un chef de délégation qui s’occupera de la logistique.


La FFT souhaite embaucher ces personnes dès cet été.


L’échéance est plus éloignée en ce qui concerne athlètes, artistes – arts scéniques, visuels, oratoires, etc, – et les autres.

Car les Jeux sont aussi une occasion de tâter du journalisme et du leadeurship.


Dans ce dernier cadre, élabore Jia Chen Mi, « on demande à une équipe de jeunes de chaque province d’organiser un projet qui pourrait aider leur communauté. Le projet n’a pas besoin d’être réalisé, mais doit être viable ».


M. Mi restera aux Territoires jusqu’à la fin de l’été.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.