En bref : La Colonne du 26 mars 2021

Les Hay Days de retour

Le festival musical et artistique Hay Days de Hay River est de retour cette année, après avoir pris une pause l’an dernier. « Compte tenu des circonstances actuelles sans précédent et de la durée de la pandémie, les organisateurs pensent qu’il est plus important que jamais de présenter les Hay Days dans notre collectivité », écrit le Club Rotary Hay River Sunrise dans un communiqué émis le 22 mars. L’organisme qui produit cette 10e édition du festival indique être en contact avec l’administration de la santé publique pour assurer de pouvoir présenter l’évènement en respect des consignes sanitaires. « Bien que les activités pourraient avoir l’air différentes et être présentées autrement de ce qu’on a connu dans le passé, le Club Rotary anticipe avec enthousiasme d’offrir une autre célébration estivale inclusive, enrichissante et plaisante », poursuit le communiqué. Le festival doit avoir lieu du 29 juin au 3 juillet. La programmation commencera à se préciser en avril. L’an dernier, le festival avait été mis en pause pour des motifs sans lien avec la pandémie.

 

Service d’incendie sur la route Ingraham ?

Il ne semble pas y avoir de solution simple au problème de la couverture contre les incendies des riverains de la route Ingraham et de la route territoriale 3. À compter du 1er avril, la municipalité de Yellowknife cessera d’assumer le service pour ces résidents de la périphérie de la capitale. Dans un rapport qui vient d’être publié, le ministère des Affaires municipales et communautaires évalue certaines pistes de solution, dont l’établissement d’un service d’incendies autonome pour la route Ingraham ou encore de confier la responsabilité au service d’incendies de Dettah. Dans ces deux cas, le ministère estime que ces solutions ne sont pas envisageables à court terme. L’avenue que semble préconiser le ministère serait plutôt que Yellowknife continue d’assurer le service et fasse payer aux riverains des frais annuels estimés à 4000 $ par résidence. Le ministère tient une série de quatre forums communautaires pour discuter de cet enjeu au centre Chief Drygeese de Dettah, les 28, 29 et 30 mars. Il est également possible d’y participer par vidéoconférence.

 

Cyberintimidation dans le Delta

Une enquête du Groupe de lutte contre l’exploitation d’enfants dans Internet de la GRC est en cour, suite à une série de plaintes pour des cas allégués de cyberintimidation dans la région de Beaufort-Delta. « La GRC d’Inuvik a appris en février qu’une plateforme de média social servait à pratiquer la cyberintimidation, indique la GRC dans un communiqué. Pour protéger les jeunes, les policiers de la GRC d’Inuvik ont visité l’école de la communauté pour y présenter des exposés sur l’intimidation, la cyberintimidation et la sécurité en ligne. » La GRC rappelle que la cyberintimidation n’est pas en soi-même une infraction criminelle, mais que, selon les cas, elle peut comprendre des actes criminels graves tels que le harcèlement, la profération de menaces, la diffamation ou encore l’incitation au suicide. Surtout la GRC conseille aux parents de parler de sécurité en ligne avec leurs enfants. « Les vies en ligne et hors ligne des enfants ne sont plus séparées, ce qui crée des situations complexes que plusieurs devront affronter et qui sont difficiles à naviguer », indique le caporal Sandi Nischk de la GRC, cité dans le communiqué. La GRC suggère quelques sources pour les parents qui veulent aborder ces questions, dont le programme Parents Cyberavertis.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.