S'abonner à Médias Ténois

Harcèlement au travail : de nouvelles ressources pour les Territoires du Nord-Ouest

Selon Louise Elder, directrice du Conseil sur la condition de la femme des TNO, plusieurs victimes disent craindre des répercussions découlant d’une dénonciation. (Crédit photo : Mizuno K – Pexels)

Selon Louise Elder, directrice du Conseil sur la condition de la femme des TNO, plusieurs victimes disent craindre des répercussions découlant d’une dénonciation. (Crédit photo : Mizuno K – Pexels)

Que faire si vous êtes victime de harcèlement au travail ? Quels sont vos devoirs, en tant que patron, face à une telle situation ? Employés et employeurs des TNO ont désormais accès à une panoplie de ressources pratiques leur permettant de répondre rapidement à ces questions.

Thomas Ethier
IJL – Réseau.presse – L’Aquilon

Après plus d’un an de recherche et de consultation à travers le territoire, le Conseil sur la condition de la femme des TNO lançait, le 31 mars, son programme « Éducation et information sur le harcèlement sexuel en milieu de travail ». Le tout a officiellement été annoncé le 29 juin, par le ministre de la Justice et procureur général du Canada, David Lametti.

 

De nouveaux outils

L’organisme déploie depuis ce printemps un éventail de matériel éducatif spécialement adapté aux environnements de travail des TNO. Le tout vise à offrir un ensemble d’informations claires et simples pour lutter contre le harcèlement en milieu de travail. L’organisme dispose d’un financement de 1,56 million $ sur cinq ans du gouvernement fédéral pour le projet.

Le contenu est pour l’instant exclusivement offert en anglais. Divisé en trois catégories, le matériel décliné sous forme de livrets, de cartes éducatives et de dépliants, s’adresse aux employeurs, aux employés, ainsi qu’aux personnes potentiellement témoins de situations de harcèlement.

Les employés ont également accès à une formation en ligne gratuite, qui englobe leurs droits et leurs recours, tout en les sensibilisant aux comportements qui peuvent être considérés comme du harcèlement. L’organisme a pour objectif d’élaborer des formations semblables au cours des prochains mois pour les employeurs et les alliés.

 

L’information au grand jour

Jamais auparavant les personnes victimes ou témoins de harcèlement en milieu de travail n’ont eu accès à des informations aussi détaillées, selon la directrice générale du Conseil sur la condition de la femme des TNO, Louise Elder.

« Jusqu’à maintenant, les personnes victimes de harcèlement sexuel en milieu de travail aux TNO devaient se référer aux articles de loi spécifiques à ce type de situation », déplore-t-elle, soulignant également certaines ressources sommaires offertes par la Commission des droits de la personne des TNO.

« Au fil de nos recherches et consultations, nous avons pu déterminer que les employés et employeurs des TNO avaient besoin de renseignements clairs et pratiques, faciles et rapides à consulter, poursuit-elle. Nous avons conçu des outils qui permettent à toutes les parties prenantes de comprendre l’information clé, et ce, sans avoir fait d’études de droit. »

Les diverses rencontres avec les employeurs et employés du territoire ont aussi poussé l’organisme à créer plus de matériel que prévu. « Règle générale, les employeurs disent “non, ce problème n’existe pas dans mon organisation”. Puis les employés nous disent “Oui, ça arrive constamment !” », souligne la directrice.

« Or, nous avons également entendu des personnes qui, sans avoir subi de harcèlement, en ont été témoins. Ces dernières nous disent souvent : “Je vois bien que cela arrive autour de moi, c’est une réalité, mais je ne sais pas quoi faire, ni même si je peux agir.” », ajoute-t-elle.

« Nous avons donc décidé d’élargir notre public et d’approfondir les recherches pour créer un matériel plus ciblé pour chaque groupe. Ceci nous permettra, espérons-le, de répondre à des besoins plus diversifiés à travers les TNO », explique Mme Elder.

Un enjeu sociétal

Selon les données publiées en 2018 par Statistique Canada, aux TNO, une femme sur trois et un homme sur six ont indiqué avoir vécu du harcèlement sexuel en milieu de travail. « C’est tragique, cela se passe tous les jours. Les gens ne savent pas vers où se tourner. Ils ne sont pas certains de leurs droits et obligations, et ils ne savent pas qui est là pour les aider », souligne Mme Elder.

De plus, selon la directrice, plusieurs victimes aux TNO disent craindre les répercussions découlant d’une dénonciation, un enjeu accentué dans les petites collectivités du Nord. « Nous avons sans doute un avantage ici, à Yellowknife, en comparaison aux résident.es de Norman Wells, Kakisa, ou de Fort McPherson, par exemple, où tout le monde se connait. Les victimes des petites collectivités ont peur des répercussions, peur d’être jugées et réprimandées. »

Quelles sont les solutions pour les personnes qui subissent de telles situations dans le Nord ? « Nous aimerions avoir une réponse claire, lance la directrice. Malheureusement, ce sentiment accapare la victime. C’est elle qui aura peur des répercussions, et non pas la personne qui commet des gestes de harcèlement. Nous n’avons pas de réponse facile pour l’instant, malheureusement. Il importe de les informer des recours disponibles, mais un changement doit surtout s’opérer à l’échelle sociétale. »

Dans le cadre de ce nouveau programme, le Conseil de la condition de la femme des TNO suggère notamment aux employeurs de mettre en place des mesures de prévention du harcèlement sexuel dans leurs politiques d’entreprises. « Nous aidons les employeurs à incorporer ces mœurs, à réagir face au harcèlement sexuel ou à le prévenir dans leurs politiques », explique Mme Elder.

« Nous avons déterminé qu’il est important de nous concentrer sur la sensibilisation, pour que les gens comprennent et acceptent qu’il s’agit d’un phénomène courant, que cela existe dans leur environnement. Une fois qu’ils l’auront acceptée, on espère qu’ils seront plus enclins à adopter les ressources et à entreprendre les étapes qui mèneront à des changements concrets. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.