Éditorial : Faux dilemme

24 septembre 2020

Alors que ces lignes sont écrites, les Canadiens retiennent leur souffle après un discours du Trône qui pourrait précipiter des élections sur fond de pandémie. Au Nouveau-Brunswick, on a déjà connu ce gambit; en Colombie-Britannique, on s’y prépare.

Aux Territoires du Nord-Ouest, notre modèle parlementaire prévisible nous prémunit ordinairement contre de telles tensions. Les bouleversements qu’a occasionnés la COVID-19 ont néanmoins ravivé l’éternel débat sur nos institutions démocratiques. Un gouvernement dirigé par un parti politique, plutôt que par un conseil exécutif désigné au vote des députés, aurait-il plus de poigne sur la haute fonction publique pour coordonner la réponse à la pandémie et activer la relance économique ? Et, dans le cas d’une gestion insatisfaisante de la crise, comment sanctionner un tel gouvernement lors du prochain rendez-vous démocratique ?

Dans son rapport sur les dernières élections territoriales, la directrice générale des élections suggère d’ailleurs des réformes importantes à notre mode de scrutin pour le rendre plus responsable auprès des électeurs, notamment l’élection du premier ministre par l’ensemble des électeurs et l’instauration d’une formule de rappel pour révoquer l’office d’un député qui aurait perdu la confiance de ses commettants. Ces mécanismes amélioreraient sans aucun doute la confiance des citoyens envers nos institutions, boudées par un électeur sur deux en 2019.

Ce n’est pas d’hier que notre modèle dit « de consensus » (une appellation trompeuse, puisqu’on y prend les décisions à la majorité simple) essuie les critiques de ceux qui préfèrent une politique de confrontation, comme elle s’exécute dans les provinces du Sud. L’argument en faveur de la politique partisane veut que ce modèle permette aux électeurs de savoir ce pour quoi ils votent. Dans la pratique, cependant, cette promesse est vite brisée. Comme on l’a souvent vu au fédéral, une fois élu, un gouvernement n’est plus tenu de mettre en œuvre ses engagements de campagne électorale.

La réalité, c’est que d’opposer le modèle de consensus à la politique partisane est un faux dilemme. Il existe une infinité de modèles de gouvernance et de représentation politique. Les deux variantes du modèle de Westminster, qu’on nous présente souvent, à tort, comme nos seules options, sont loin d’être les formules les plus élégantes que nous pourrions envisager.

Depuis la première Assemblée entièrement élue aux TNO, en 1980, l’organisation politique de notre société a grandement évolué. Des gouvernements autonomes autochtones ont été formés. Les TNO d’aujourd’hui sont une société plurinationale. Cet état de fait n’est nullement reflété dans notre modèle parlementaire qui se trouve, trop souvent, en conflit avec les Premières Nations. Par ailleurs, les groupes minoritaires continuent de n'avoir peu ou pas de représentation à l’Assemblée législative. L’adoption du modèle partisan du Sud ne règlerait pas ces déficits démocratiques.

S’il est nécessaire de repenser la façon dont s’exerce la vie citoyenne aux TNO, il importe que cette réflexion soit la plus large et la plus ouverte possible. Débarrassons-nous de nos ornières.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561