S'abonner à Médias Ténois

D’Hollywood à Dettah

Tournage à Dettah (Courtoisie Kieron Testart)

Tournage à Dettah (Courtoisie Kieron Testart)

Le tournage d’une série télévisée a transformé le paysage de la communauté de Dettah pendant quelques jours avec la vedette hollywoodienne Hilary Swank.


Pendant trois jours, la collectivité de Dettah s’est transformée en Meade, un village fictif en Alaska. La semaine dernière, une société de production télévisuelle de la Colombie-Britannique est venue à Yellowknife pour le tournage de « Alaska Daily », une nouvelle série qui sera présentée en primeur sur la chaine américaine ABC le mois prochain.

L’équipe de tournage a amené aux TNO une vedette hollywoodienne : l’actrice Hilary Swank, deux fois oscarisée, une fois pour Boys Don’t Cry (2000) et l’autre pour Million Dollar Baby (2005). Elle incarne cette fois le personnage d’Eileen Fitzgerald, une journaliste de New York qui déménage à Anchorage, en Alaska, pour commencer à travailler au journal Alaska Daily.

Le tournage s’est déroulé sur trois jours. « Ils ont changé le nom de la communauté et certains panneaux de signalisation et ont transformé quelques bâtiments en poste de Police ou Hôtel de Ville », a décrit Kieron Testart, directeur du développement économique de la Première Nation des Dénés Yellowknives.

Monsieur Testart a dit qu’à un moment « nous avons levé les yeux et le drapeau américain flottait » et que c’était « très amusant pour tout le monde ». Il y avait même une voiture de police aux armoiries du village fictif. « Il y avait beaucoup d’enthousiasme à l’idée de voir des vedettes hollywoodiennes dans la collectivité, et la production était très respectueuse », a poursuivi Kieron Testart, assurant que tout le monde avait hâte de voir le résultat du tournage sur petit écran « pour voir si on reconnait quelqu’un ».

La société de production s’est tournée vers des personnes de la région pour les rôles de figurants, et pour divers rôles de soutien à l’équipe de tournage. « On a le paysage qu’ils recherchaient. Ils sont venus ici et ont investi beaucoup d’argent dans la collectivité de Dettah et de Yellowknife pour que leur travail soit fait », a déclaré Nancy Shaw, agente du cinéma au Bureau du Cinéma des TNO. « Ce n’étaient pas des emplois à long terme, mais c’était de l’argent dans les poches », a-t-elle souligné, estimant que « nous en bénéficions tous ».

À présent, Nancy Shaw a hâte de voir si d’autres productions vont se tourner vers Dettah. « Ça va être très intéressant de voir ce qui se passe maintenant, car ce fut une expérience très positive pour l’équipe de production et ils pourraient faire passer le mot. »

« Ils ont dit qu’ils pourraient revenir pour faire d’autres tournages », a confirmé Kieron Testart, ravi de cette possibilité.

L’agente du cinéma au Bureau du Cinéma des TNO a expliqué que cette expérience peut ouvrir de nouvelles opportunités.

Habituellement, « une grande partie du tournage qui se passe aux TNO concerne des choses qu’on ne peut pas faire ailleurs ». Elle cite : « Si vous réalisez un documentaire sur le pergélisol, il sera probablement tourné ici, car il y a des choses très visuelles et intéressantes à voir, sur ce qui arrive au pergélisol dans le monde. »

Il n’est pas rare non plus que des émissions de téléréalité d’aventure soient aussi filmées ici « parce qu’elles peuvent venir parler à beaucoup de nos collectivités autochtones rurales, construire des relations et faire leur travail sans se soucier de trop d’autres règles à suivre ».

Une production comme celle-ci qui est désormais passée par Dettah, « c’est tellement plus que de la téléréalité ou du tournage de documentaire, c’est plus compliqué, avec beaucoup plus de logistique ».

Elle ajoute également qu’il est « rare qu’un tel spectacle vienne ici, mais nous espérons vraiment que cela change ».

« Nous souhaitons pouvoir à la fois soutenir nos créateurs et artistes locaux, mais nous voulons aussi ce que nous appelons l’industrie cinématographique de service, où de nombreuses personnes sont employées, pas nécessaires pour faire quelque chose de créatif, mais pour faire quelque chose de hautement qualifié et très bien rémunéré pendant de courtes périodes », a-t-elle ajouté.

« L’industrie des services est ce qui rapporte beaucoup d’argent. C’est un bon signe que l’industrie du film nous connait », a conclu Nancy Shaw.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.