Confessions impies

Xavier Lord-Giroux et son acte d'apostasie. En 2016, l'auteur a officiellement renoncé à la religion catholique. (Courtoisie Xavier Lord-Giroux)

Xavier Lord-Giroux et son acte d'apostasie. En 2016, l'auteur a officiellement renoncé à la religion catholique. (Courtoisie Xavier Lord-Giroux)

Avec L’acte d’apostasie, le dramaturge Xavier Lord-Giroux interroge notre rapport au sacré et la place résiduelle des traditions religieuses comme socle ébranlé de la société.

La plus récente pièce de Xavier Lord-Giroux sera dévoilée, aujourd’hui, au festival À haute voix de Moncton. Dans L’acte d’apostasie l’auteur installé à Yellowknife depuis deux ans s’est questionné sur la place du sacré dans une société marquée par l’abandon du religieux.

« À travers l’aventure humaine, on est passé par différents stades où la religion a joué un rôle plus ou moins important », expose l’auteur dont la pièce a été rédigée dans le cadre d’une maitrise en création littéraire. « Et, dans les sociétés occidentales, poursuit-il on remarque une perte de vitesse de la religion ; elle est toujours présente, mais la religion n’est plus structurante comme elle l’a été dans le passé. […] Mais même si la religion perd du terrain, le sacré, lui, est toujours là et on le réinvestit dans d’autres choses. »

Le titre de la pièce réfère à la démarche entreprise par un individu pour se dissocier officiellement d’une religion, un parcours que l’Acadien baptisé catholique a lui-même complété. En 2016, Xavier Lord-Giroux a reçu un certificat attestant qu’il n’est plus affilié à la sainte Église.

« J’avais besoin de créer une rupture avec les traditions de ma famille », confie-t-il. Il affirme un désaccord avec les préceptes de l’Église qui lui apparaissent homophobes et sexistes. L’égalité homme-femme et le respect de la diversité sexuelle, note-t-il, « ce sont des valeurs qui étaient présentes dans ma famille, mais il n’y avait personne qui osait affirmer cette rupture-là. Alors, moi, j’ai voulu le faire. Et je le fais, aujourd’hui aussi, en écrivant cette pièce. »

Le divorce de conscience est source de tensions. « Avec chaque personnage, j’ai voulu montrer une position différente par rapport à la religion et par rapport au sacré, explique-t-il. Le personnage principal est confronté à chacune de ces opinions, donc c’est un gros débat autour de la question de la religion. »

 

Mise en lecture

La pièce est présentée en première lecture au festival À haute voix, un happening à Moncton où des pièces inédites sont lues — et non pas jouées — par des comédiens. Alors que Xavier Lord-Giroux avait lui-même mis en scène sa première pièce, Les préliminaires, cette fois, la représentation ne lui appartient plus. C’est Philip-André Collette qui signe la mise en lecture.

« Je suis soulagé de voir que, enfin, je peux me détacher de mon travail et de laisser d’autres travailler dessus, parce que je pense que ça peut améliorer et ça peut enrichir ce que j’écris, sous-pèse l’auteur. Mais j’ai une petite angoisse parce que la pièce a été écrite pour deux comédiens et ils ont décidé de la monter à trois. »

Présentée en chaire et en voix au théâtre de l’Escaouette, ce vendredi 22 janvier, L’acte d’apostasie sera ensuite consultable en ligne jusqu’à la fin février par l’entremise du site web du théâtre et de ses différentes plateformes de médias sociaux.

Xavier Lord-Giroux, n’est, du reste, pas le seul Ténois dont l’œuvre est mise en lecture lors de cette 10e édition du festival. L’autrice Amber O’Reilly signe également une pièce présentée en première lecture publique. Annie et Tom du lundi au vendredi a été interprétée sur scène le 14 janvier dans une mise en lecture de Katherine Kilfoil et l’enregistrement de cette prestation est d’ores et déjà disponible sur la chaine Youtube du Théâtre de l’Escaouette.

Xavier Lord Giroux est un collaborateur régulier de L’Aquilon. Il signe chaque semaine depuis aout 2020 le roman-feuilleton La dévoration dont les épitres sont publiées dans ce journal.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561