Ces personnalités francophones qui nous ont quittés en 2019

10 janvier 2020

Militants, cinéastes, éducateurs, fondateurs de journaux, agriculteurs ou pêcheurs : bon nombre de personnages influents, pour qui la langue était un moteur de leur engagement, sont décédés en 2019. Voici une petite liste non exhaustive par provinces et territoires.

Ontario - François Bélair
Décédé le 14 juillet à l’âge de 64 ans.
François Bélair a œuvré au journal communautaire Le Carillon avant de devenir copropriétaire et éditeur du journal Le Reflet et de créer le journal The News. En 2008, il est devenu le directeur du développement commercial pour les Éditions André Paquette qui a acquis ses deux journaux. Il a aussi été impliqué dans Le Vision, L’Argenteuil et Le Journal à Cornwall.

Manitoba - Raymond Bisson
Décédé le 20 octobre à l’âge de 75 ans.
Raymond Bisson a présidé la Société de la francophonie manitobaine (SFM) de 1989 à 1991 et la Fédération des communautés francophones et acadienne de 1991 à 1993. Selon la SFM, Raymond Bisson a donné un nouveau souffle à l’organisme et a contribué à sa crédibilité auprès des gouvernements, à l’époque de l’Accord du lac Meech. Il a aussi joué un rôle déterminant dans le développement de la Division scolaire franco-manitobaine en étant le premier directeur général de sa mise en œuvre.

Saskatchewan - Alain Clermont
Décédé le 3 octobre à l’âge de 69 ans
Originaire de Gravelbourg, ancien étudiant du Collège Mathieu, Alain Clermont a été animateur à la radio de Radio-Canada pendant des années. Actif dans la communauté fransaskoise, il a collaboré avec l’Assemblée communautaire fransaskoise et a joué avec la troupe de théâtre Oskana.

N.Brunswick - Denis Sonier
Décédé le 25 mai 2019 à l’âge de 80 ans.
Ardent promoteur de la littérature acadienne, Denis Sonier a fondé en mai 2001 la maison les Éditions de la Francophonie, après une carrière en éducation. En octobre 2017, il a publié son premier livre, Le sprint final, une œuvre autobiographique. À suivi Le téméraire, en 2018. M. Sonier était également un sportif accompli, avec plusieurs grandes traversées de nage à son actif, y compris entre le Nouveau-Brunswick et l’Ile du Prince-Édouard.

TNO - René Fumoleau
Décédé le 6 aout 2019.
Écrivain, photographe et cinéaste francophone, René Fumoleau a apporté une contribution majeure dans la reconnaissance des droits territoriaux du peuple Dénés au-delà des frontières des Territoires du Nord-Ouest.
Le fonds d’archives qu’il a cédé au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles comprend 15 538 photographies (diapositives, négatifs, etc.) qui documentent la vie des Dénés de la fin des années 1950 jusqu’à 1995. Outre son œuvre écrite et photographique, René Fumoleau est aussi cinéaste. Il a produit le documentaire I was born here et réalisé le film Dene Nation.
Les recherches du prêtre oblat ont notamment permis de récolter des témoignages de gens qui avaient assisté aux signatures des traités et qui étaient encore vivants, et de prouver que certaines promesses du gouvernement canadien n’avaient pas été tenues. Il a provoqué entre autres le fléchissement du premier ministre Pierre Elliott Trudeau en faveur des droits et titres autochtones.

IPÉ - Edgar Gallant
Décédé le 28 novembre 2019.
Personnalité très calme qui s’intéressait à tout, d’une sagesse et d’une modestie incomparable, Edgar Gallant a été un ardent défenseur de la langue française.
Après une longue carrière dans la fonction publique, il s’est engagé dans diverses causes touchant les francophones en situation minoritaire. Il a présidé, en 1989, un comité pour conseiller le gouvernement de la Saskatchewan dans le développement et la mise en œuvre d’un régime scolaire pour les francophones. Il a présidé des comités analogues en Colombie-Britannique et au Manitoba. Il est aussi membre du conseil d’administration de l’Hôpital Montfort lorsque la crise SOS Montfort éclate en 1997.
Depuis 2003, la Fédération nationale des conseils scolaires francophones du Canada remet annuellement le prix Edgar-Gallant à une administrateur.rice ayant contribuée de façon exceptionnelle au développement de l’éducation en français.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages