Aide financière en cas de catastrophe : un défi pour certains

Walter McPherson aura droit à une nouvelle maison, mais il a des problèmes avec la réclamation de ses biens. (Crédit photo : Marie-Soleil Desautels, archives)

Walter McPherson aura droit à une nouvelle maison, mais il a des problèmes avec la réclamation de ses biens. (Crédit photo : Marie-Soleil Desautels, archives)

Remplir des formulaires du gouvernement n’est pas accessible à tous. Le maire de Fort Simpson espère que la Croix-Rouge va épauler ses citoyens pour recevoir l’aide à laquelle ils ont droit.

La maison de Walter McPherson, située sur le plateau à Fort Simpson, a été rapidement submergée par la crue printanière du fleuve Mackenzie, début mai. Il vit ailleurs en attendant qu'elle soit remplacée, mais il éprouve des problèmes avec la réclamation de ses biens.

Fin juin, le gouvernement territorial avait annoncé qu’il assumerait tous les couts pour réparer les domiciles, qu’il élèverait des maisons, qu’il remplacerait des résidences irréparables et qu’il couvrirait des articles endommagés jusqu’à une indemnité maximale pouvant atteindre 80 % ou 100 000 $.

« J’avais un réfrigérateur, une laveuse, une sécheuse et trois motoneiges », donne-t-il Walter McPherson en exemple, rencontré lorsqu’il était de passage à Yellowknife. Le rapport des évaluateurs qu’il a reçu ne liste qu’une seule motoneige et aucun des autres items. Le total est bien en deçà de 100 000 $.

À l’origine du problème, croit-il : ce n’est pas lui qui a rempli les papiers, car il est analphabète fonctionnel. « J’ai dit à Kevin Menicoche [Surintendant régional adjoint au MACA] ce que j’ai perdu. Il a pris quelques notes. Il y avait une autre personne avec lui et il était occupé, il était pressé. Il aurait dû prendre le temps de s’assoir et de me demander posément tout ce que j’ai perdu. »

« Je me suis senti négligé, car il s’est dépêché au lieu de m’écouter », se désole-t-il. Résultat : il affirme que plusieurs de ses biens ne figurent pas au rapport des évaluateurs et ne seront ainsi pas remplacés.

Le maire de Fort Simpson, Sean Whelly, constate que plusieurs de ses citoyens sont analphabètes fonctionnels ou ont du moins du mal à remplir des formulaires typiques du gouvernement. « C’est difficile d’imaginer le frein que ça représente pour des personnes qui ont déjà souffert », dit-il.

Qu’arrive-t-il si des erreurs sont survenues en remplissant la liste des éléments pour l’évaluation des dommages ? Jennifer Young, au ministère des Affaires municipales et communautaires, a répondu : « S’il y a eu une erreur administrative et/ou si des informations factuelles (reçus, photos, documentation, etc.) fournies ont été omises, un requérant peut faire appel de la décision auprès du sous-ministre du MACA dans les 30 jours suivant celle-ci. »

Elle en a profité pour rappeler que l’aide financière en cas de catastrophe n’est « pas un programme d’assurance » et que ça ne remplace pas 100 % du contenu endommagé ou détruit. Elle ajoute : « Le rapport des évaluateurs n’est pas basé sur le contenu actuel de la maison d’un individu, mais plutôt sur une méthodologie appliquée à toutes les maisons. Cette façon de procéder a permis au gouvernement des Territoires du Nord-Ouest de traiter équitablement tous ceux qui ont subi des pertes à cause d’un désastre naturel. »

« On encourage l’individu à contacter le surintendant régional du Dehcho au MACA pour obtenir des informations additionnelles et de l’assistance afin de revoir l’information de l’application », conclut-elle.

Quelques autres personnes inondées ont affirmé à Médias ténois ne pas avoir eu de problèmes avec leur réclamation, mais elles l’ont remplie elles-mêmes.

En attendant, le village de Fort Simpson et la Première Nation Li´i´dli?i? Ku´e´ ont commencé à collaborer avec la Croix-Rouge pour démarrer un projet sur la santé mentale et le bienêtre dans la collectivité à la suite des inondations. « Une petite partie du projet est de s’assurer que les individus qui n’ont pas souscrit à l’aide financière auront le soutien pour le faire », affirme le maire Sean Whelly. Ceux embourbés dans les démarches ou qui se considèrent victimes d’erreurs pourront ainsi cogner à une nouvelle porte.

« Il y a plusieurs cas où le MACA a raté une occasion de promouvoir leur programme d’aide financière en cas de catastrophe et d’assister les individus plus directement, continue le maire. Je crois qu’il y a eu un manque de volonté de la part du MACA et du GTNO d’accepter les vrais couts de l’inondation pour plusieurs résidents et entreprises. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de nouvelles
Journaliste à Yellowknife |
Marie-Soleil Desautels
Journaliste à Hay River | Thomas Chabot
Journaliste IJL | Thomas Ethier
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867-766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4T
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
614 – 115, rue George, Oakville, ON L2J 0A5
T 905-599-2561