Sommet des jeunes leadeurs sur les changements climatiques nordiques 2019 : « C’est maintenant que ça se passe »

Les cohortes du Sommet se sont rapetissées avec le temps afin que des liens plus forts puissent se tisser entre les participants. (Courtoisie Ecology North)

Les cohortes du Sommet se sont rapetissées avec le temps afin que des liens plus forts puissent se tisser entre les participants. (Courtoisie Ecology North)

Du 22 au 28 aout dernier, une résidente de Hay River s’est rendue à Inuvik à l’occasion d’un sommet sur le climat. L’évènement organisé par Ecology North réunissait des jeunes de 18 à 30 ans provenant des trois territoires canadiens.
 

Sheilany Bouchard, qui habite Hay River depuis 2016, a réalisé l’ampleur de la situation climatique dans le cercle polaire de l’Arctique où, déjà, à la fin aout, le décor était complètement automnal. « C’est maintenant que ça se passe, pas dans 5 ou 10 ans. Ici [à Hay River] comme ailleurs dans le Sud, on ne le voit pas autant. Là-bas, c’est en direct », s’inquiète-t-elle.


Accompagnée de 10 autres participants et de deux organisateurs, elle a passé 6 jours dans le Beaufort-Delta (Tsiigehtchic, Tuktoyaktuk et Inuvik) à discuter avec des ainés, des scientifiques, des pêcheurs, des chasseurs et des jeunes de leurs réalités ainsi que des solutions entreprises ou à envisager. « La solution pour les ainés, c’est de s’adapter comme ils l’ont toujours fait », raconte Sheilany. Cela dit, la résilience nécessaire est considérable et ils en sont conscients. Érosion côtière, dégel du pergélisol, mouvements migratoires, Sheilany revient de son voyage avec une compréhension plus globale et surtout plus concrète de ce qui se passe. Pour Craig Scott, directeur général d’Ecology North, c’est mission accomplie : « Le but, c’est de faire l’expérience des changements climatiques à partir de vraies expériences et personnes. »


« Tout est changé au niveau de la chasse et de la pêche, par exemple. Il y a des endroits rendus inaccessibles en raison des inondations plus fréquentes et des tempêtes saisonnières qui arrivent de plus en plus tôt », rapporte Sheilany Bouchard. « À Tuktoyaktuk, ils ont déjà eu sept tempêtes… et ce n’est même pas encore la saison ! » Elle a particulièrement été interpelée par le documentaire It’s happening to us, réalisé par des jeunes de la communauté (TukTV) en collaboration avec un cinéaste albertain d’Avatar Media : « C’était sincèrement la plus belle présentation sur les changements climatiques que j’aie vue. »


Ce sommet, organisé par Ecology North en partenariat avec Jeunesse en Action et Taking It Global, a bénéficié des contributions du ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles, du ministère des Affaires municipales et communautaires, du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et de la fondation Tides Canada. S’il comptait plus de 60 participants lors de la première édition, en 2009, ce n’est plus le cas en 2019 : « Nous avons évolué pour pouvoir créer plus d’équipes et de cohésion entre les participants. »


« Nous étions encouragés à développer un projet que nous pourrions mener dans notre communauté », explique finalement Sheilany Bouchard, qui, quant à elle, a élaboré la mise en place d’un service de compostage communautaire pour Hay River. Ce projet est encore au stade embryonnaire. La jeune femme souhaite sonder l’intérêt de la communauté et les emplacements possibles pour cette initiative. Elle invite celles et ceux ayant une expérience à lui partager ou un coup de main à lui offrir à la contacter par courriel à sheilany.bouchard@hotmail.com.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561