Sur les planches glacées : Yellowknife dans les cordes

Nara, chanteuse originaire de Yellowknife, s'est produite pour la première fois au festival du Snowking (Crédit photo : CAM)

Nara, chanteuse originaire de Yellowknife, s'est produite pour la première fois au festival du Snowking (Crédit photo : CAM)

Dans l’enceinte glacée du château de neige, une jeune femme seule en scène, les mains rougies par le froid, chante et pince sans flancher les cordes de sa guitare sèche. Le 29 février est à marquer d’une pierre blanche : la chanteuse Nara se produit pour la première fois sur la petite estrade du festival du Snowking. Une expérience rafraichissante pour le public, comme pour elle. « C’était gelé comme on pouvait s’y attendre, s’amuse-t-elle. C’est excitant parce que j’y venais enfant, c’est un honneur de faire partie de l’identité de Yellowknife, je suis en connexion avec ma ville. »
Tuques de laine sur une chevelure d’ébène bouclée, jean délavé et bottines chaudes, Nara enchaine les titres durant une heure. Des reprises d’Amy Winehouse à Jack Johnson en passant par des compositions personnelles, la jeune femme ne ménage pas son public qui applaudit avec enthousiasme. Et précisons, pas seulement poussé par l’envie de se réchauffer.

« Je chante depuis que j’ai deux ans »
Originaire de la capitale des TNO, Nara, de son nom complet Nara Dapilos, a toujours baigné dans la musique. Ses parents, philippins tous les deux, se sont rencontrés à Yellowknife. Elle est cependant la seule à avoir fait de sa culture musicale une passion. « Si l’on en croit ma mère et mon père, je chante depuis que j’ai deux ans. J’ai commencé la guitare vers 11 ou 12 ans, explique la jeune interprète. Maintenant, j’enchaine le maximum de concerts. »
Que ce soit à l’école et ensuite, à l’université d’Alberta, son instrument ne l’a plus jamais quittée. Après une série de spectacles dans les provinces de l’Ouest, elle est désormais installée dans sa ville natale. « Maintenant que je suis diplômée, je suis de retour et j’essaye de me lancer sur la scène artistique ici. »
Si elle est pour le moment stagiaire au gouvernement des TNO auprès du service immigration, elle ne cache pas son ambition de faire de sa passion son métier : « C’est un objectif tout à fait accessible », confie-t-elle, sans doute apparent.

Des influences diverses
Si sur scène, la Britannique Amy Whinehouse semble l’emporter sur les autres, en coulisses, Nara insiste sur un groupe en particulier, Bon Iver : « Leur musique est une de mes plus grandes influences parce qu’elle est si unique, elle pousse les limites de l’art. Ça me colle à la peau depuis l’école primaire ! »
R’n’b, soul, pop… Ses inspirations sont d’origines diverses. Derrière le micro, sa voix n’a certes pas le timbre rauque et abimé d’une Amy Winehouse, mais on sent une douceur encore fragile qui ne fera que s’améliorer avec le temps.
Actuellement, aucun concert en perspective, mais elle prépare une série de chansons. « Je travaille mon répertoire de musiques originales qui pourront un jour être regroupées en un album. » Environ cinq titres sont prêts.

Artiste à Yellowknife
« Pas beaucoup de gens me connaissent encore ici, j’aimerais beaucoup me faire un nom. »
Revenue il y a quelques mois sur un terrain familier, elle tente de faire son trou dans la capitale. Elle fait notamment partie depuis peu de temps du comité d’artistes des TNO.
En 2018, elle a déjà participé au festival Folk on the Rocks. Elle avait été contactée par le Collectif créatif des TNO (NWT Creative Collective), un organisme né en 2015 qui encourage toutes sortes de créations artistiques à Yellowknife. Grâce à lui, la guitariste a décroché une dizaine de minutes sur scène. « C’est un but pour moi d’y retourner, mais je ne veux pas me précipiter. »
Pour elle, être artiste est une chose, être une femme artiste en est une autre. Elle cite notamment Carmen Braden qui a selon elle ouvert une voie pour les artistes féminines des Territoires du Nord-Ouest. « En général, l’industrie musicale est dominée par les hommes, donc être une femme et souhaiter y prendre part, ça révèle beaucoup », insiste-t-elle.
Dans ses rêves les plus fous – mais loin d’être irréalisables –, elle aimerait faire de son loisir son métier. Traverser le pays de scène en scène, participer à des concerts dans le monde entier… Toutefois, une chose est certaine : « Yellowknife est ma maison, si jamais je m’en écarte pendant un temps, j’y reviendrai, quoiqu’il arrive. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561