Polytechnique : Yellowknife critique le plan

Des propositions qui manquent d’ambition : c’est en ces termes que sont décrits les programmes d’études suggérés par le GTNO pour la nouvelle université polytechnique, dans une lettre signée par la mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty.

 

En vue de l’implantation éventuelle d’un campus au centre-ville de Yellowknife, la municipalité a mandaté une firme externe pour mener une étude de faisabilité et de rentabilité entourant le projet d’Université polytechnique. C’est au nom du comité consultatif universitaire/postsecondaire de Yellowknife (UPAC) que la lettre de la mairesse a été acheminée au ministre de l’Éducation, de la Culture et de la Formation, R. J. Simpson.


Selon le président du comité UPAC, le conseiller municipal Julian Morse, en regard des résultats de cette étude, le GTNO se dirigerait vers un modèle semblable à ce que propose déjà le collège Aurora. « Le collège a été remis à neuf plusieurs fois, ce qui n’a jamais assuré son succès », a-t-il affirmé lors d’une rencontre du conseil municipal, le 5 septembre.


Une occasion manquée
Selon le comité UPAC, avec les programmes d’étude proposés pour la nouvelle université, le GTNO échouera à se démarquer au sein du Canada et à travers le monde, et aura peu à offrir pour attirer des étudiants de l’extérieur du territoire. « [Ces programmes d’études] ne seront pas concurrentiels par rapport à l’Université du Yukon, qui est juste à côté d’ici et qui sera une compétitrice directe », a avancé M. Morse.


Une occasion manquée, selon lui, de contribuer à développer un réseau d’étude et de recherche solide dans le Nord canadien. « Ce que nous espérons, c’est de créer des partenariats, a-t-il ajouté. Notre université serait perçue comme une partenaire pour des établissements comme l’Université du Yukon, en proposant une offre de programmes élargie qui nous permettrait de contribuer au développement d’un réseau d’établissements postsecondaires pour le Nord du Canada. »


« Il y a beaucoup de financement de prévu pour ce genre d’établissement dans le Nord. Or, en allant dans la direction proposée par le GTNO, nous craignons que la majeure partie de ce financement aille vers des établissements comme l’Université du Yukon, a-t-il indiqué. C’est le moment pour nous de mettre en lumière les risques qui seront associés à un tel manque d’audace. »

Des programmes non concurrentiels
« Les domaines de spécialisation proposés sont trop larges, et ne focalisent pas sur ce qu’une université polytechnique pourrait ou devrait offrir dans le Nord canadien », résume-t-on dans la lettre envoyée au ministre.


Le comité UPAC y déplore notamment qu’aucun programme en sciences sociales ne soit inclus dans les propositions. «Le secteur public est un important employeur dans le Nord et un tel programme permettrait le développement de l’esprit critique nécessaire au succès en recherche et en analyse, souligne-t-on. Les diplômes en sciences sociales sont populaires parmi les étudiants internationaux et canadiens. En les excluant, nous manquons l’occasion d’étendre notre population étudiante. »


On déplore également que les domaines d’études proposés se limitent aux technologies entourant la machinerie et le commerce, n’incluent pas les hautes technologies, comme la programmation.


« Le fait de n’accorder que peu d’importance aux nouvelles technologies, dans un contexte où le travail à distance peut générer de l’emploi dans des endroits reculés, est une occasion manquée, sachant que le secteur minier évolue vers les technologies à distance et automatisées », indique-t-on dans la lettre.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages