Quarantième AGA de la FFT : Vers un centre de la francophonie??

15 février 2019
L'Assemblée de la Fédération franco-ténoise du 9 février 2019. (Crédit photo : Denis Lord)

L'Assemblée de la Fédération franco-ténoise du 9 février 2019. (Crédit photo : Denis Lord)

La FFT voit grand.

Le 9 février, la 40e assemblée générale annuelle de la Fédération franco-ténoise (FFT) a donné l’occasion d’énoncer les priorités de l’organisme pour l’année en cours, certaines d’entre elles ne manquant pas de grandiose.


En tête de liste de ces projets d’envergure, la création d’un centre de la francophonie, avec au préalable une étude de faisabilité, pour laquelle une subvention a déjà été demandée.


Ce centre regrouperait tous les organismes francophones sous un même toit, explique la directrice générale, Linda Bussey. Ce serait un espace culturel et administratif qui comprendrait huit appartements, dont des résidences d’artistes, et le centre intégré de services d’immigration.


Mme Bussey estime qu’il pourrait être érigé d’ici cinq ans et que le programme fédéral Infrastructures vertes pourrait procurer une part des quelques millions qui seront nécessaires à son financement. Le bâtiment s’inscrirait ainsi dans la mouvance d’habitation écologique de la municipalité.


Le nouveau président de la FFT, Jean-François Pitre, rappelle que des Franco-Ténois rêvaient déjà de ce centre il y a 20 ans.


« Ce n’est pas obligé d’être énorme, spécifie-t-il. Ça peut simplement être un étage supplémentaire à Laurent-Leroux. »

Jeux de la francophonie
Avant la réalisation de ce projet d’infrastructure, la FFT désire que Yellowknife devienne la ville hôtesse des Jeux de la Francophonie en 2023.


La ville possède déjà toutes les infrastructures nécessaires, fait remarquer Linda Bussey, il ne manque qu’une piste d’athlétisme de 400 mètres.


La FFT doit incessamment faire une présentation du projet au conseil municipal de la capitale.
Questionnée sur les retombées à long terme d’un tel évènement pour les Franco-ténois, Mme Bussey répond que la venue des Jeux aurait un impact touristique et qu’ils aideraient peut-être à convaincre les décideurs de la pertinence du centre francophone.


Jean-François Pitre n’a pas de réponse toute faite aux retombées potentielles des Jeux, mais dit qu’il faut avoir confiance en nos moyens, rappelant le succès de Chant’Ouest 2017 à Yellowknife.
« Il y a eu des spectacles avec 150 personnes, rappelle-t-il. Même le technicien [du son] m’a dit qu’il n’avait jamais vu ça. On devrait se vanter plus des bonnes affaires qu’on fait. Montrons-nous nos bons coups. »

Santé
Lors de l’assemblée, qui réunissait 19 membres votants en plus des observateurs, la coordonnatrice du Réseau TNO Santé, Audrey Fournier, a aussi fait la présentation de ses réalisations de l’année précédente et des projets en cours.
Parmi ces derniers, on retiendra la formation en offre active à l’intention des ressources humaines de l’Administration de santé et de services sociaux des TNO.


Un cours sur la terminologie médicale devrait être donné au Collège nordique.


Questionnée sur la reconnaissance aux TNO des diplômes d’infirmières francophones, Mme Fournier dit prêter attention à cette problématique.


« Un examen en anglais est exigé par l’Ordre des infirmières, mais il faut aller à Edmonton pour le passer », observe la directrice générale du Collège nordique, Josée Clermont.


Par ailleurs, la FFT a demandé un financement trisannuel afin de faire des activités pour sensibiliser les francophones à leurs droits dans le domaine de la justice et, simultanément, sensibiliser les professionnels de la justice à ces droits.

Jeunesse
Outre les projets précités, Jeunesse TNO enverra trois Ténois au Forum Jeunesse, qui se tiendra à Halifax en mars prochain. Les thèmes de la sécurité linguistique, de la santé mentale et de l’environnement y seront abordés.


Des délégations ténoises seront aussi présentes à Whitehorse pour le Parlement franco-canadien du Nord et de l’Ouest et aux Jeux de la francophonie de Victoria, en juillet 2020, où on vise une quarantaine de représentants, comme à Moncton en 2017.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages