Semaine nationale de l’immigration francophone : Une soirée à Laurent-Leroux

15 novembre 2018

Souper, film et discussion étaient au menu
 

C’est toujours sympathique de voir la maison Laurent-Leroux s’animer hors des heures de bureau et se doter, l’espace d’une soirée, d’une vocation citoyenne et culturelle.


C’est ce qui est arrivé le 7 novembre dernier alors qu’une vingtaine de personnes de cinq continents se sont assemblées dans le cadre la Semaine nationale de l’immigration francophone.


En plus du plaisir de se rencontrer, les convives ont eu droit à un souper éthiopien et à un film.


Un certain nombre de personnes ont quitté la réception après le repas et plusieurs autres les ont suivies durant la projection, marquée par quelques problèmes techniques.


De Sherbrooke à Brooks, du réalisateur Roger Parent, valait le détour et reflétait le périple personnel de quelques-uns des spectateurs.


On y suit le parcours d’immigrants africains que l’arrivée à Sherbrooke (Québec) laisse insatisfaits en termes d’emploi et d’intégration, et qui poursuivent leur chemin jusqu’en Alberta. À Brooks, non seulement ils trouveront du travail, mais ils seront accueillis dans la communauté africaine, l’Association francophone… et la mairie.


Si le travail est dur et la paye vraisemblablement peu élevée, les immigrants que suit Roger Parent sentent qu’à Brooks, il y a pour eux un présent et un avenir.

Production versus diction
Par une curieuse coïncidence, deux des personnes qui étaient restées jusqu’à la fin du film ont vécu à Sherbrooke et en Alberta avant de s’établir à Yellowknife.


Corinne et Guy (noms fictifs) ont fait de hautes études au Québec, mais ne réussissaient pas à se trouver d’emploi dans leur domaine.


On leur disait qu’ils avaient étudié pour retourner travailler dans leur pays, et ils étaient condamnés à des emplois subalternes. On a même refusé un travail à Guy sous prétexte que son français était trop mauvais, alors qu’il parle un français international.


Corinne se refuse à parler de racisme, mais elle soupçonne un certain repli des Québécois francophones causé par la domination anglo-saxonne historique.


« Dans l’Ouest, on s’intéresse à ce que tu produis, pas à ce que tu dis », assure Guy.


Une autre personne dans l’assistance avait vécu à Sherbrooke et dit n’avoir vécu du racisme qu’en une seule occasion. Elle trouvait par contre cocasse et stéréotypée l’idée que certains Québécois se faisaient des Africains, n’imaginant pas qu’ils puissent déjà avoir pris le métro ou avoir un doctorat en poche.


L’organisateur de la soirée, le coordonnateur du Centre d’Accueil francophone — TNO, Isidore Guy Makaya, n’est pas déçu que plusieurs personnes soient parties avant le film. Il croit que les gens étaient aussi venus à Laurent-Leroux pour socialiser et il trouve intéressant qu’ils se soient approprié l’espace.


Même sans souper éthiopien, pour ceux et celles d’ici ou d’ailleurs, la maison Laurent-Leroux sera dorénavant ouverte les 2e et 4e samedis de chaque mois, entre 13 h et 16 h, pour bavarder, prendre un café, etc.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages