S'abonner à Médias Ténois

Une liberté inquiétante

Quelque 44 milliards $ US. C’est la somme qu’il aura fallu débourser pour l’acquisition de Twitter par Elon Musk. C’est la somme qu’il aura fallu pour s’approprier l’espace public…

C’est ce lundi 25 avril que le Conseil d’administration de « l’oiseau bleu », alors entreprise publique, aura cédé à l’offre de rachat faite par le milliardaire sud-africain naturalisé américain.

Il est inquiétant de voir qu’un individu peut se payer la sphère publique.

Il est également inquiétant d’avoir, une fois de plus, un rappel que même en 2022 et dans un pays prônant autant la démocratie – s’autoproclamant « leadeur du monde libre » – il suffit de quelques milliards de dollars pour rendre possible la possession par un individu de l’opinion publique.

Le nouveau propriétaire détient à présent l’intégralité du réseau social. L’entreprise sort alors de la bourse publique et devient complètement privée.

À comprendre : complètement à lui. Il s’agit là d’un homme qui, par amusement et envie soudaine, influençait par le passé le cours de la bourse et autre cryptomonnaie à l’aide de simples tweets.

Sans avoir eu, jusqu’ici, la décence de supprimer son compte personnel ; voilà l’individu qui s’offre le réseau social où des millions de femmes et d’hommes s’expriment, débattent, exposent leurs avis politiques, abordent des enjeux sociaux, dénoncent ce qui leur semble inapproprié.

La privatisation de l’expression de millions de gens : voilà ce qui s’est passé ce lundi 25 avril.

Un individu (de plus) détient une arène de débat. Lorsqu’on considère l’importance de Twitter dans la sphère politique, son poids politique, son poids électoral, et que l’on met cela en apposition avec l’utilisation – au mieux douteuse – qu’en a faite le milliardaire jusque récemment, comment prendre cette nouvelle acquisition comme une simple anecdote de plus dans l’histoire d’Internet ?

L’homme est encore capable de s’approprier l’espace public ! L’acquisition de Twitter par M. Musk démontre et annonce un manque d’impartialité dans les rapports de l’arène commune.

Comment exercer sa liberté d’expression lorsque l’on n’est pas sûr de la neutralité de l’espace dans lequel celle-ci est exercée ?


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.