Une collecte en bonne route

Maxime Carpentier, le directeur des opérations d’Avens et le bus de 22 ans qui prendra bientôt une retraite bien méritée. (Crédit photo : Cécile Antoine-Meyzonnade)

Maxime Carpentier, le directeur des opérations d’Avens et le bus de 22 ans qui prendra bientôt une retraite bien méritée. (Crédit photo : Cécile Antoine-Meyzonnade)

La maison de retraite de Yellowknife, Avens, demande l’aide de la communauté avec l’opération « Care on Wheels » pour remplacer son bus.


Une retraite bien méritée. Après 22 années de bons et loyaux services, le bus transportant les résidents d’Avens est en passe de trouver un remplaçant.

« Étant un organisme à but non lucratif, on demande l’aide de la population et des entreprises pour être capable d’avancer l’argent », détaille le directeur des opérations, Maxime Carpentier.

Selon ce dernier, un nouvel équipement est estimé à environ 125 000 dollars, un montant impossible à rassembler sans appui.

« C’est un gros cout pour nous, continue-t-il. Mais c’est aussi une des lignes sur notre liste de tâches la plus pressante en ce moment. »

La solution : rejoindre la communauté. Une collecte de fonds, nommée « Operation Care on Wheels » a ainsi été lancée le 8 septembre. « En seulement deux jours, on a eu 5 000 $, ce qui a donné un bon coup de pouce », félicite M. Carpentier.

Au total, l’organisme a réussi à réunir environ 40 000 dollars grâce à l’appui financier de plusieurs entreprises situées dans la capitale ténoise.

Une société de soudure a notamment fait un don de 20 000 dollars, échelonné sur quatre ans.

« Souvent, on pense qu’Avens ne dessert que les habitants de Yellowknife, mais environ 30 % de notre population est originaire de l’extérieur de la ville. On est un centre territorial de soins longue durée, tient à rappeler Maxime Carpentier. Cet argent-là va servir à toutes les personnes âgées des TNO qui viennent vivre chez nous. »


« Plan de succession »

« C’est un modèle de 1998, il est encore sécuritaire, mais il faut agir avant qu’il ne devienne plus risqué, affirme-t-il. À un certain âge, il faut un plan de succession. »

Si la vieille navette est encore en bon état, certaines fonctions lui font aujourd’hui défaut. « L’élévateur hydraulique en arrière pour les fauteuils roulants, crucial pour embarquer les gens, commence à nous donner un peu de difficulté », détaille-t-il. Par ailleurs, la porte avant du véhicule n’a plus qu’une seule fenêtre, l’entrée est protégée par une toile en plastique.

Les jours de l’ancien bus ne sont pas comptés, mais l’objectif est de réunir l’argent pour le printemps. La collecte de fonds est prévue pour durer 5 mois. « C’est un objectif qui est réaliste parce qu’on a tout de même une large somme à avancer, donc on ne peut pas être trop pressant », estime le cadre.

L’idée est également de ne pas mettre « trop de pression » sur les donateurs. Et jusqu’ici, « on a une excellente réponse de la communauté », se réjouit Maxime Carpentier.

Les membres d’Avens ont déjà commencé à imaginer la manière dont l’ensemble des donateurs allait être remercié : « Certainement, sur les réseaux sociaux tout d’abord, mais aussi sur le bus lui-même, annonce-t-il. Selon la grosseur des montants, les noms des donateurs pourront être visibles sur l’arrière du bus. »


Lutter contre l’isolement

Magasinage ou rendez-vous médicaux, le bus permet de rester connecté au reste de la collectivité.

« Ça amène les ainés à sortir du centre pour ne pas qu’ils perdent leurs habitudes, explique Maxime Carpentier. Et c’est aussi aller à la pêche à la rivière Yellowknife, faire des feux de camp, les garder connectés à la nature. »

Également, l’achat du prochain bus met de l’huile dans un engrenage de diverses améliorations : le plan est d’ouvrir le service de navette aux autres ainés de Yellowknife, non-résidents d’Avens.

« On veut rejoindre les personnes âgées de la ville pour briser l’isolement de cette tranche de la population », confie le directeur des opérations. Et c’est aussi de pouvoir conduire les prochains résidents de la future extension (lire article). »

Des horaires adaptés seront mis en place.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de nouvelles
Journaliste à Yellowknife |
Marie-Soleil Desautels
Journaliste à Hay River | Thomas Chabot
Journaliste IJL | Thomas Ethier
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867-766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4T
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
614 – 115, rue George, Oakville, ON L2J 0A5
T 905-599-2561