La tradition : un sens à la vie : Une artiste métisse de Yellowknife

11 août 2000
0 Commentaire(s)
Originaire d'Inuvik, dans le Delta du Mackenzie, Lori crée des objets d'art bien particuliers : dame nature et de mystérieux inconnus se chargent de lui fournir tout le matériel nécessaire. « Des gens m'envoient beaucoup de matériaux aux origines diverses. Je reçois des os de Holman. Un voyageur m'a apporté un sac de roches d'Angleterre. Bref, n'importe quoi fait l'affaire », s'exclame Lori. « Il y a un univers de possibilités, va prendre une marche et vois ce que tu peux trouver ».

Ses doigts se promènent doucement sur les plumes qui serviront à décorer soit le masque étalé devant elle ou soit un petit « dream catchers » posé à ses côtés. « Ces plumes ont appartenu à des oies et ces dernières offrent inspiration et direction, tout comme les histoires qui nous sont révélées par les aînés », précise Lori. « Nos aînés ont appris des générations précédentes ainsi que de leurs propres expériences. Ils offrent leur sagesse pour aider les gens à prendre des décisions. En écoutant leurs histoires, les gens acquièrent une plus grande conscience d'eux-mêmes et des gens qui les entourent », ajoute-t-elle. « Plantes, animaux et éléments ont une histoire qui explique leur création. Nous devons avoir un plus grand respect pour la terre ».

« Mon art me permet d'exprimer les croyances et les traditions des gens du Nord. Pour beaucoup de gens, l'art du Nord correspond à l'art inuit et à la sculpture. Il y a beaucoup plus à découvrir », s'exclame Lori, qui donne vie à des masques, des « dream catchers » et des bijoux faits d'écorce de bouleaux.

Plus qu'une simple décoration, les masques représentent des figures mystiques ou des esprits. « Lorsque l'on découpe les matériaux, cela libère divers pouvoirs et de l'énergie », explique l'artiste tout en préparant un masque de plumes. « Si ton masque a la forme d'un loup, qui signifie l'amitié et le sens de la famille, il t'apportera ces qualités », raconte Lori.

La Légende des « dreamcatchers »

Ces objets, ressemblant à une toile d'araignée, étaient accrochés dans le lieu où les jeunes et les vieux tombent dans les bras de Morphée. Comme un talisman, ils veillaient sur les dormeurs et capturaient les mauvais rêves en suspension. Les bons, ils les laissaient s'échapper au travers de l'ouverture au centre du talisman. Ces derniers voyageaient par la suite sur la plume suspendue pour se glisser dans l'esprit de la personne qui dormait dessous.

Traditionnellement, les « dream catchers » étaient faits de branches de saule et ils avaient la forme d'un cercle. Le filet était fabriqué avec des tendons, et ces derniers formaient une toile d'araignée. Un trou occupait le centre de la toile à laquelle étaient attachées une perle et une plume.
Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages