S'abonner à Médias Ténois

Un second déficit d’affilée

16 septembre 2005
0 Commentaire(s)
Pour une seconde année consécutive, la garderie Plein Soleil a terminé son année financière dans le rouge. C’est ce qu’ont appris, lundi dernier, les parents membres de la seule garderie francophone des TNO réunis à l’occasion de leur assemblée générale annuelle.

Le déficit de 2005 s’élève à près de 8 300 dollars. Cette année, les dépenses de la garderie ont été moins élevées que l’an dernier, mais les revenus aussi, d’où le déficit.

La garderie tire la majorité de ses revenus de la contribution des membres, mais également de Patrimoine canadien, de la Fédération Franco-Ténoise (Programme de développement culturel et communautaire) et de la Commission scolaire francophone de division, entre autres.

Une survol rapide des revenus et dépenses de l’organisme permet, en outre, d’établir que les levées de fonds de la garderie, bien qu’elles rapportent gros, coûtent cher aussi. En 2005, les levées de fonds ont rapporté plus de 18 000 dollars, mais elles ont coûté plus de 11 000 dollars à réaliser.

En 2004, la garderie avait réalisé un déficit de plus de 21 000 dollars. Le chiffre paraissait important pour un organisme de cette taille, mais le comptable Paul Fleury s’était, alors, montré rassurant. Étant donné que la garderie avait dégagé des surplus les années précédentes, il était bénin, voire souhaitable, pour un organisme sans but lucratif que les dépenses excèdent les revenus, indiquait le comptable en 2004.

Cette année, le ton de Paul Fleury était plus sévère. « Deux années de file ça commence à être plus sérieux », a-t-il mis en garde, signalant au passage que l’organisme n’avait plus de surplus pour amortir le présent déficit.

Le déficit accumulé de l’organisme s’élève à 11 900 dollars.

Conseil d’administration

Comme à chaque année, l’assemblée générale a été l’occasion de nommer un conseil d’administration. Cette année encore, c’est un CA entièrement féminin qui a été élu.

Sue McElroy, qui siégeait déjà au CA, a été élue présidente. La présidente sortante, Sigrún Gersdóttir, nouvellement mère d’un troisième enfant, n’a pas tenté de renouveler son mandat.

Le reste du conseil est formé de Martine Gauvin et Suzanne Flokstra, qui siégeaient toutes deux sur le CA précédent, ainsi que des nouvelles recrues Yolande Alain, Roxanne Poulin et Ève Lavallée.

Elles ont toutes été élues par acclamation. Un poste demeure vacant.

Une année complexe

Selon les termes employés par la directrice générale de la garderie, Arlette Fonteneau, en 2004-2005, la garderie « a connu quelques péripéties ».

On se souviendra qu’à la fin de 2004 une éducatrice avait quitté l’équipe et que quatre de ses collègues l’ont imitée en juin. Pour pallier au manque de personnel, la cuisinière, qui possède une formation et de l’expérience avec la petite enfance, a retiré son tablier et occupe désormais la fonction d’éducatrice. Il en résulte que les repas ne sont plus fournis par l’établissement et qu’il revient aux parents de préparer le lunch.

Depuis, une toute nouvelle équipe a été embauchée. Rafael Cruz, Geneviève Liard, Annie Lapierre, Patrick Lachapelle et Margaret donneront un second souffle à la garderie.

Notons cependant que Nadine Petit, le vétéran des employés de la garderie, a annoncé qu’elle quitterait son emploi à la fin du mois de septembre, après quatre ans d’excellent travail.

Les services offerts par la garderie ont quand même été à la hauteur de la réputation d’excellence de la garderie, ont tour à tour souligné Arlette Fonteneau et Sigrún Gersdóttir. L’an dernier, en plus du programme de francisation, des programmes d’initiation à la musique, d’horticulture et de géologie ont eu lieu.

« Ce que l’on fait, c’est plus qu’un service de garde, c’est vraiment de l’éducation de la petite enfance », a souligné la présidente sortante qui invite les parents à s’engager le plus possible dans leur garderie pour que ces services soient maintenus.

Communication

Certains parents présents à l’assemblée ont réclamé que plus de travail soit fait pour inclure les parents dans les décisions concernant la garderie.

« Nous voulons que les parents soient partenaires dans l’organisation », a déclaré Laurence Poulier faisant état du peu de communication des activités du CA aux parents.

Cette mère s’est dit, du reste, très satisfaite du travail de la garderie. « Ma fille a commencé au mois de novembre. […] Elle est très épanouie et elle parle français ce qu’elle ne faisait pas auparavant », a-t-elle noté.