S'abonner à Médias Ténois

Un renouveau pour la francophonie du Slave Sud

La nouvelle directrice générale de l’association franco-ténoise du Sud et de l’Ouest (AFTSO), Mila Benoit. (Courtoisie MB)

La nouvelle directrice générale de l’association franco-ténoise du Sud et de l’Ouest (AFTSO), Mila Benoit. (Courtoisie MB)

Un vent de changement s’opère présentement au sein de la nouvellement nommée Association franco-ténoise du Sud et l’Ouest (AFTSO). La directrice générale, Mila Benoit, a discuté de ces changements avec Médias ténois.

Thomas Chabot
IJL – Réseau.presse – L’Aquilon

Si l’entrée en poste de Mme Benoit, au début janvier, est récente, son implication à Hay River et dans la francophonie ténoise ne l’est pas. Arrivée en 2019, elle est immédiatement embauchée comme agent de développement par l’Association francoculturelle de Hay River (AFCHR).

En février de la même année, elle disait déjà à L’Aquilon vouloir augmenter le nombre de membres de cet organisme communautaire et rallier les francophones et francophiles de Fort Smith qui allaient être appelés à adhérer à une future association régionale. Elle est désormais directrice générale de cette « future association régionale ».

Celle qui terminait un baccalauréat en administration avec une spécialité en gestion et en développement durable ne s’attendait pas à prendre la direction de Hay River. « À la fin de mon stage, je me cherchais des nouveaux défis, des stages et des opportunités d’aller voir ailleurs qu’au Québec », explique Mila Benoit.

À la suite de son passage à l’association franco-culturelle, Mme Benoit prend la direction de Yellowknife lorsque le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO) l’embauche comme agent de développement économique.

Elle revient rapidement dans le Hub des TNO, pour y devenir la première représentante locale du CDÉTNO en décembre 2020. « Je suis vraiment arrivée aux TNO à Hay River pour la première fois [en 2019] et je pense que c’est pour ça que j’y ai un petit attachement, parce que quand je suis arrivée, j’ai vu à quel point il y avait du besoin dans les régions. C’est pour ça que mon cœur est resté ici et que je suis bien content de prendre ce poste-ci », témoigne-t-elle.

C’est en janvier 2022 qu’elle rejoint l’équipe de l’Association franco-ténoise du Sud et de l’Ouest en tant que directrice générale, succédant à la précédente directrice, Jessica Payeur.

 

Une nouvelle mission pour l’association ?

Mis à part un changement à la direction de l’AFTSO, l’association vise aussi un changement de direction. « Avec le nouveau nom, on a des nouveaux statuts et règlements qui ont été approuvés, ce qui fait que nos membres peuvent désormais se qualifier comme toute personne résidant dans le Slave Sud et le Dehcho… et que ces gens peuvent aussi se joindre au Conseil d’Administration », explique Mila Benoit.

« Comme nous ne sommes plus l’Association franco-culturelle, le franco-ténois vient élargir nos horizons… On étend nos activités, on étend notre région couverte, ça amène des beaux défis et des belles opportunités de partenariats », ajoute-t-elle.

Cette expansion concerne notamment deux secteurs, le développement communautaire et le développement jeunesse.
« Présentement je travaille à potentiellement développer un poste en développement communautaire. Le rôle de cet employé sera de créer des liens avec les entreprises du Slave Sud et du Dehcho et de partager ses connaissances et ses contacts avec les autres organismes de Yellowknife », explique la directrice.

Le nouveau mandat de l’association comprendra aussi possiblement un nouvel employé jeunesse dans les bureaux de l’AFTSO. Le dernier objectif vise à ce que les entreprises profitent des programmes en place afin d’augmenter l’arrivée de travailleurs francophones ou bilingues dans ces régions.

La vision de Mme Benoit est ambitieuse. « Je souhaiterais qu’on ne soit plus le petit organisme de l’autre côté du lac, qu’on ne connait pas trop trop. Je veux qu’on devienne une référence. » Elle espère voir son équipe grandir. « Je vais avoir besoin d’aide pour être capable de réaliser tout ça », poursuit-elle en riant.

Quant à la question de l’évolution de l’association dans l’écosystème des organisations francophones des TNO, la directrice désire que l’AFTSO devienne « un collaborateur proactif, qui vient faciliter le développement des régions. Je veux vraiment collaborer avec ces organismes-là », dit-elle en parlant notamment du CDÉTNO et de la Fédération franco-ténoise (FFT).

Plusieurs activités sont organisées pour la fin janvier, dont une séance de yoga pour débutants animée par Anne-Marie Guedon. Un spectacle d’humour, Le code Qrire, de la troupe Unithéâtre sera aussi présenté le 25 janvier au cinéma Riverview cinéplex de Hay River et le 30 janvier se tiendra un tournoi de hockey à la patinoire du vieux Hay River.

Pour contacter l’AFTSO ou vous inscrire à une activité, il est possible de le faire via la page Facebook de l’association. Bien que le nom AFCHR soit désuet, les méthodes pour entrer en contact avec l’AFTSO demeurent les mêmes en attendant la refonte de l’identité numérique de l’association.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.