Arctic Open de Judo à Inuvik : Un premier tournoi de judo à Inuvik

Les judokas et leurs entraineurs de l’Arctic Open qui s’est déroulé pour la première fois à Inuvik. (Courtoisie Judo Canada)

Les judokas et leurs entraineurs de l’Arctic Open qui s’est déroulé pour la première fois à Inuvik. (Courtoisie Judo Canada)

Les 31 janvier et 1er février derniers, jeunes et moins jeunes se sont affrontés sur les tapis de l’Arctic Open de judo. Le tournoi, depuis quatre ans basé à Yellowknife, s’est exilé pour la première fois dans le nord du territoire, à Inuvik. Au cours de la première journée, des judokas ont évoqué leur parcours et ce que le judo avait apporté dans leur vie. Quatre « classes », formées pour l’occasion, ont pu poser toutes les questions avant de se lancer à bras le corps dans la pratique. Et le lendemain, place à la compétition. Au total, trois équipes étaient présentes : le Yukon, Yellowknife et Inuvik.
Selon Whitney Weaver, entraineuse de l’équipe de Yellowknife, le tournoi a été un réel succès : « C’était très amusant et enrichissant de les voir, ç’a été une très bonne année et on a été très impressionné par l’équipe d’Inuvik. » Nicolas Brisson, gestionnaire des évènements et du développement sportifs de la fédération Judo Canada — basée à Montréal — était également présent. Judoka français arrivé au Canada il y a environ un an et demi, il a découvert pour la première fois un tournoi organisé aux Territoires du Nord-Ouest. Et il n’a pas été déçu du voyage : « J’étais assez étonné de l’implication, de la mentalité, du côté combattif et technique, détaille-t-il. Par le biais d’un programme sportif, on peut ramener les jeunes à un objectif, et les remettre sur le droit chemin dans certains cas. »

Un manque de financement ?
Contrairement au Québec, les moyens développés autour d’une pratique sportive comme celle-ci sont nettement inférieurs, ce que déplore Mario Desforges, figure du judo à Yellowknife. D’après lui, le problème majeur du judo dans les territoires, c’est la cohésion liée au financement. « [Judo Canada] doit s’occuper du développement au niveau national, mais ils sont pris dans l’engrenage compétitif olympique, alors seulement un fin budget est alloué au développement », regrette-t-il. Cependant, toujours selon lui, la fédération n’est pas en cause. « C’est la façon dont la structure des organismes gouvernementaux impose [les financements]. »
Alors, quelles sont les actions de Judo Canada dans des régions comme les TNO ?
« On tente de comprendre et on essaye de trouver des solutions adaptées », comprend Nicolas Brisson avant d’ajouter : « On ne peut pas appliquer les mêmes solutions au Québec que pour le TNO, il y a des passionnés du judo, donc on essaye de faire au mieux. » La prochaine compétition aura lieu en novembre prochain, et cette fois, retour à Yellowknife.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561