Cimetière de la baie Back : Un pont vers l’histoire

«?Nous terminons ce projet avec un magnifique pont, plutôt fonctionnel, et qui mène à un lieu historique important?», de dire le directeur du club Rotary, Mike Kelnay. (Crédit photo : Cécile Antoine-Meyzonnade)

«?Nous terminons ce projet avec un magnifique pont, plutôt fonctionnel, et qui mène à un lieu historique important?», de dire le directeur du club Rotary, Mike Kelnay. (Crédit photo : Cécile Antoine-Meyzonnade)

Le 17 septembre, le pont financé et construit par le club Rotary de Yellowknife a été inauguré,  un passage nécessaire pour rejoindre le cimetière historique de la baie Back.

Sous les couleurs dorées, présages de l’automne, une vingtaine d’âmes s’est réunie le jeudi 17 septembre pour célébrer l’inauguration du nouveau pont menant au cimetière de Back Bay.

Financée et bâtie par le club Rotary de Yellowknife, la structure métallique, jonchée de planches de bois clairs, est simple, à l’image de ce lieu paisible bordant le Grand lac des Esclaves.

Hiver comme été, les bénévoles se sont relayés durant des mois, de la pose du premier clou à la dernière partie boisée.

Le directeur du club, Mike Kelnay, dont le travail est de « trouver des projets intéressants » et de s’assurer qu’ils sont « amusants », selon ses propres mots, est très fier du projet accompli. « Nous avons commencé à creuser les premiers trous il y a maintenant trois ans, et nous avons amené les matériaux [du pont] l’été passé. Cet hiver, un hélicoptère a transporté les dernières grosses pièces. »

Au total, 1 200 heures ont été nécessaires, selon les calculs de Mike Kelnay, toutes effectuées par les petites mains bénévoles et bricoleuses du club.

Par ailleurs, le projet repose entièrement sur des dons : 115 000 dollars ont ainsi été récoltés.

« C’était un travail conséquent, venir ici, parfois à moins 20 degrés, planter les premiers clous. C’était agréable, et on s’est beaucoup amusés, confie-t-il. Nous terminons ce projet avec un magnifique pont, plutôt fonctionnel, et qui mène à un lieu historique important. »

 

Ancienne structure

Avant d’ériger cette nouvelle structure, un ancien pont existait déjà : « Il n’était pas vieux, il a été érigé en 1986, rappelle Mike Kelnay. À cause des changements climatiques et de la fonte du pergélisol, l’ancien pont coulait et s’enfonçait dans la boue. »

« On peut observer qu’il y a de l’eau en dessous du pont maintenant, c’est le lac et, normalement, il ne vient pas jusque-là. C’est nouveau. »

Se tournant du côté des tombes, le directeur du club Rotary indique que « si l’on regarde le bord, le cimetière a également bougé, et s’effondre peu à peu depuis les années 1970. » Cette construction devrait, selon les estimations des ingénieurs, durer 40 ans. « Pas 14, 40 ! », s’amuse Mike Kelnay qui connait bien la situation instable du sol de la rive de la baie Back.

 

Passage fréquenté

D’après les chiffres du club Rotary, au cours de l’été, entre 300 et 500 visiteurs se rendent jusqu’au cimetière, « alors qu’il est difficile de s’aventurer jusqu’ici », précise M. Kelnay.

« Pendant la période hivernale, nous comptons environ 200 personnes par jour, parce que les grottes de glaces sont juste à côté. Voilà une des raisons pour lesquelles nous avons mis le pont à cet endroit afin de récupérer le trafic des visiteurs, qu’ils puissent passer à travers ce lieu. »

Le Lakeview est aujourd’hui le cimetière principal de la capitale des TNO : « Le cimetière de la baie Back était utilisé dans les années 1930 et 1940, retrace Mike Kelnay. Une fois que la ville s’est établie, ils ont construit un nouveau lieu beaucoup plus grand. Désormais, plus personne n’est enterré ici. C’est devenu un site historique. »

 

Souvenirs inscrits

Plusieurs plaques ont été installées pour l’occasion, notamment pour établir la liste des personnes inhumées au cimetière de la baie Back. Une trentaine de gens ont été ensevelis ici, entre 1938 et 1946. « Il y a 38 tombes dont nous sommes surs, mais nous présumons qu’il pourrait y en avoir plus de 60 », détaille Mike Kelnay.

Le vice-président de la Société historique de Yellowknife, Ryan Silke, s’est occupé de leur recensement. « J’ai fait la recherche durant de nombreux mois, raconte-t-il. Beaucoup de ces croix sont récentes, elles ont été installées par le club Rotary il y a peut-être quatre ou cinq ans. »

Sur les quelques dizaines de mètres carrés de parcelle ombragée, les croix blanches se succèdent.

« Les noms se sont effacés voilà maintenant longtemps parce qu’ils avaient été inscrits il y a près de 80 ans, éclaircit Ryan Silke. Qui est enterré où, nous ne le savons plus. Tout ce que nous avons appris, c’est grâce aux registres qui nous renseignent sur les noms, les dates et les causes de la mort. »

Un mystère enterré à jamais, à l’exception d’une ou deux croix tenaces. Selon M. Silke, « des descendants des familles auraient écrit dessus dans les années 1980, mais nous n’en savons pas plus ».


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561