S'abonner à Médias Ténois

Un pilier de la communauté franco-ténoise

Isabel Gauthier avec le Prix Horizons paru dans L’Aquilon du 10 octobre 2003. (Archives de L’Aquilon)

Isabel Gauthier avec le Prix Horizons paru dans L’Aquilon du 10 octobre 2003. (Archives de L’Aquilon)

Arrivée aux Territoires du Nord-Ouest en 2001, Isabel Gauthier a marqué, en raison de son implication, la francophonie ténoise. Elle célèbre cette année son cinquantième anniversaire, 21 ans après son arrivée aux TNO. Pour l’occasion, Médias ténois retrace les débuts d’une résidente qui a l’implication communautaire gravée sur le cœur.

Médias ténois

Le parcours d’Isabel Gauthier au sein de la communauté franco-ténoise commence le 22 janvier 2001, avec son embauche à l’Association franco-culturelle de Yellowknife (AFCY) en tant que coordonnatrice, à la suite du départ d’Annabelle Landry. Si elle est aujourd’hui bien établie à Yellowknife, ce n’était pas le plan initial de Mme Gauthier, qui ne pensait rester que deux ans dans la capitale ténoise. « Je suis émerveillée par les paysages [enneigés] et même si je suis une étrangère, je ne me sens pas étrangère », témoignait-elle à L’Aquilon.

Cet intérêt d’Isabel Gauthier pour le Nord s’est développé à la suite d’un voyage qu’elle a fait au Yukon avec son conjoint en 1999. « Ce voyage a un peu démystifié le Nord, et puis on a découvert qu’il y avait des communautés francophones », expliquait Mme Gauthier qui est elle-même née en milieu francophone minoritaire à Sudbury, en Ontario.

La décision de s’installer aux Territoires du Nord-Ouest s’est prise après quelques années passées à étudier et à travailler à Montréal. « J’avais le gout de faire un retour en animation culturelle et de me retrouver en milieu minoritaire où il y a un certain dynamisme », ajoutait celle qui détient un baccalauréat en animation culturelle.

C’est dans un article de L’Aquilon du 2 février 2001 que les Ténois ont pu découvrir Isabel Gauthier pour la première fois. (Archives de L’Aquilon)
 

Aussitôt en poste, Isabel Gauthier implique l’AFCY dans divers programmes et activités dont l’organisation d’une cabane à sucre au Caribou Carnaval de 2002. Dans le cadre de la Journée internationale de la femme, elle choisit de présenter Mon cœur est témoin, un film traitant de la réalité des femmes du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient, afin de « permettre une meilleure compréhension de la culture musulmane ».

En juin 2002, Mme Gauthier, représentant la Fédération franco-ténoise (FFT), s’adresse à l’administrateur général de la Bibliothèque nationale du Canada, Roch Carrier, afin de faire partager les préoccupations de la communauté francophone face à la « pénurie de littérature française ».

Sous la coordination d’Isabel Gauthier, l’AFCY s’implique et aide à la réalisation de nombreux projets, dont la fondation de CIVR Radio Taïga en septembre 2001 et l’élaboration du projet du carrefour francophone. Plusieurs artistes francophones sont aussi invités sur les scènes ténoises, notamment le groupe québécois Kaliroots en 2002 et l’humoriste Jean-Christian Thibodeau en 2003.

C’est en 2003 que Mme Gauthier fait son retour à l’AFCY à la suite d’un congé de maternité. Cette même année, la première édition du Festival du film francophone a lieu à Yellowknife et accueille sept cinéastes amateurs et plus de 70 spectateurs. « La diversité du développement culturel est l’essence même de l’épanouissement d’une communauté. Un projet multimédia comme celui du Festival du film francophone en est un bel exemple », faisait-elle savoir.

Isabel Gauthier aujourd’hui. (Courtoisie Carmen Gauthier)

Cette initiative s’est vue décerner un Prix Horizon, reconnaissant les organismes ou évènements qui contribuent à l’épanouissement de la culture francophone et acadienne et reflètent de façon significative l’action culturelle dans les communautés. Cette même année, Isabel Gauthier est nommée pour représenter la FFT auprès de la Fédération culturelle canadienne-française.

C’est en janvier 2004 que le parcours d’Isabel Gauthier prend fin à la coordination de l’AFCY, qui expliquait dans les pages de L’Aquilon avoir pris cette décision pour des raisons personnelles. « Ça nous fait beaucoup de peine de perdre Isabel, mais je la comprends bien… », témoignait l’ancienne présidente de l’AFCY, Chantal Desgagné.

Hors des organismes francophones, Mme Gauthier s’est aussi impliquée au sein de la troupe de danse contemporaine Crazy Legs de 2004 jusqu’à sa dissolution en 2011. Elle continue de s’investir dans ce domaine en devenant responsable de la troupe de danse collective de Yellowknife en 2012. « C’est un collectif dans le sens où tout le monde collabore et chacun met un peu de soi pour avancer certains projets », expliquait la francophone qui a suivi une formation en danse contemporaine à Ottawa.

Finalement, les deux années initialement prévues se sont transformées en plus de deux décennies passées sous le soleil de minuit.

 

Pour l’occasion de son 50e anniversaire, les parents d’Isabel Gauthier tenaient à lui adresser un message :


Nous voulons profiter du 50e anniversaire de notre fille pour vous présenter une personne extraordinaire !


C’est en janvier 2001 qu’Isabel Gauthier devient la nouvelle coordonnatrice de l’Association franco-culturelle de Yellowknife (AFCY). Un article de la journaliste Karine Massé paru dans L’Aquilon le 2 février 2001 sous la rubrique Isabel avec un L ! décrivait l’enthousiasme d’Isabel face au défi de sa nouvelle vie à Yellowknife, qui devait durer deux ans. La voilà en 2022 bien enracinée dans la communauté où elle a choisi de vivre et de s’épanouir, avec son conjoint Jeff et ses enfants Simone et Loïc !


Que ce soit le ski de fond, la troupe de danse collective Crazy Legs, l’organisation d’un jardin communautaire dans sa coopérative d’habitation, le canotage, le camping, la participation à la chorale, Isabel contribue à la vie communautaire avec entrain, bonne humeur et détermination. Elle aime les gens qui l’entourent dans la communauté et dans son milieu de travail au gouvernement territorial.
Ce n’est pas sans surprise que nous l’avons souvent visitée à Yellowknife soit à l’occasion de la naissance de Simone et Loïc, d’un anniversaire, d’un concert de danse ukrainienne, d’un tournoi de squash, du carnaval d’hiver au château de neige.


Isabel, que ta journée de fête le 19 avril soit remplie de moments magiques !
Nous remercions les responsables de L’Aquilon de publier notre message d’amour à Isabel.


Richard et Carmen Gauthier,
Brampton (Ontario)

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.