Francophonie : Un nouveau collège, version améliorée

15 mars 2012
0 Commentaire(s)
Jean-Marie Mariez verra son idée d’un collège pour la communauté francophone voir le jour et il en agira à titre de président du conseil d’administration. (Photo : Charles-Antoine Bélair)

Jean-Marie Mariez verra son idée d’un collège pour la communauté francophone voir le jour et il en agira à titre de président du conseil d’administration. (Photo : Charles-Antoine Bélair)

Un nouveau collège francophone, le Collège nordique francophone, verra le jour aux Territoires du Nord-Ouest avec l’autorisation du ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation.

C’est en novembre 2011 qu’un groupe de personnes influentes dans la communauté francophone se sont rassemblées pour discuter de la nécessité d’assurer un enseignement postsecondaire en français aux TNO.
Le Collège des Territoires du Nord-Ouest était encore officiellement ouvert et offrait toujours sa programmation, même si depuis juillet 2011, le temps s’étirait avant que cette bombe à retardement s’enclenche.
Son directeur général, Jean-Pierre Joly, tentait avec acharnement, à la suite de l’échec d’établir un premier conseil d’administration indépendant de la Fédération franco-ténoise, d’en créer un deuxième.
Il a fallu attendre en décembre 2011 pour voir un second conseil émerger, mais il était trop peu trop tard pour le Collège des TNO.

Deux collèges

Pendant ce temps, un autre établissement prenait forme à Yellowknife, misant sur des personnes plus autonomes et diversifiées.
Peu avant que ne tombe le Collège des TNO, ces cinq personnes sont arrivées au point où elles pouvaient mettre à jour leur projet et sont allées demander au gouvernement des Territoires du Nord-Ouest de leur accorder une subvention.
Le sous-ministre Dan Daniels affirmait alors qu’il y avait deux collèges existants qui devraient lutter pour le financement octroyé par le gouvernement fédéral et distribué par le gouvernement ténois.
« De ce que je comprends de ce qui est arrivé, c’est qu’il y aurait un nouveau collège qui serait instauré le 1er avril, confirmait Dan Daniels. Nous allons continuer de fournir du financement pour les services offerts par un collège francophone et de livrer le même type de programmation que l’on offrait par le passé. »
La semaine suivante, Jean-Pierre Joly créait une onde de choc en annonçant qu’il avait été mis à pied par le conseil d’administration du Collège des TNO et que l’établissement allait fermer ses portes le 31 mars.
La porte était donc grande ouverte pour les cinq personnes fondatrices du nouveau collège, se retrouvant maintenant au plus fort des négociations avec le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest.

Conseil d’administration

Un conseil d’administration s’est formé de façon officielle et les fondateurs se sont dévoilés au grand jour, en commençant par son président, Jean-Marie Mariez.
Directeur des programmes d’enseignement en langue française à la commission scolaire Yellowknife Education District #1, Jean-Marie Mariez s’est imposé rapidement pour que son idée d’un collège à l’image de la francophonie devienne réalité.
Son bras droit sera Denis Alem, le technicien en développement de réseaux chez la compagnie de télécommunications Northwestel, et agira à titre de vice-président.
Provenant d’un autre milieu scolaire, la coordonnatrice des programmes en français à la commission scolaire Yellowknife Catholic Schools, Josée Clermont, amènera une autre vision de l’enseignement postsecondaire comme secrétaire-trésorière.
À ces trois personnes s’ajoutent la psychologue Roxanne Valade et la docteure Mélanie MacIntyre aux deux postes d’administratrices.
« Nous avons dans le conseil d’administration des gens de différentes expertises, différents talents, croit le président Jean-Marie Mariez. Et c’est aussi un conseil d’administration où nous allons étendre pour aller chercher d’autres expertises et d’autres expériences pour en faire profiter toute la communauté francophone et francophile de Yellowknife et des Territoires du Nord-Ouest. »

Le retour du directeur

Avec une subvention de 80 000 dollars pour terminer l’année 2011-2012, finalement accordée par le ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation, il ne manquait plus qu’un élément pour finaliser le collège, soit un directeur.
À la suite d’un appel de candidature, le conseil d’administration a retenu les services de Jean-Pierre Joly à titre de directeur général. Il est entré en fonction officiellement le 14 mars 2012.
De l’avis du président administratif, cette embauche se justifie par le fait que c’était le candidat qui avait la plus grande expertise dans le domaine, évidemment, entre autres, parce qu’il a été employé par le Collège des TNO.
Le président ajoute qu’il est certain que Jean-Pierre Joly mènera à bien son nouveau mandat.
« Monsieur Joly était un employé de la Fédération franco-ténoise, spécule Jean-Marie Mariez, donc il n’avait probablement pas l’indépendance qu’il fallait ou ne pouvait entreprendre les actions pour faire avancer le Collège. C’est simplement une opinion et je me trompe peut-être. Mais je pense qu’avec toute l’énergie que le conseil d’administration dégage, monsieur Joly va certainement pouvoir réussir là où ça n’a pas fonctionné avec le Collège des TNO. »
Pour le moment, le Collège nordique francophone n’a pas de locaux lui appartenant, mais Jean-Marie Mariez a entamé des discussions avec l’ancien président du Collège TNO, Paul Fleury, et les autres représentants.
Les chances sont bonnes pour que le Collège nordique francophone intègre les anciens locaux du Collège des TNO d’ici peu.
 


Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages