S'abonner à Médias Ténois

Articles de l'Arctique, 14 janvier 2022 : Un mégaprojet de fibre optique souhaite connecter les collectivités de l’Arctique

Un projet international de fibre optique sous-marine vise à relier le Japon à l’Europe en passant par le passage du Nord-Ouest. Plusieurs collectivités du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest pourraient bénéficier d’une connexion à internet à haut débit d’ici la fin de l’année 2025. (Crédit photo : Far North Digital)

Un projet international de fibre optique sous-marine vise à relier le Japon à l’Europe en passant par le passage du Nord-Ouest. Plusieurs collectivités du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest pourraient bénéficier d’une connexion à internet à haut débit d’ici la fin de l’année 2025. (Crédit photo : Far North Digital)

L’organisme Far North Digital-True North Global Networks, basé à Anchorage en Alaska, a annoncé son intention de construire un système de câbles à fibre optique qui permettra de relier l’Asie à l’Europe en passant par l’Arctique. Ce projet international, en partenariat avec l’entreprise finlandaise Cinia, devrait être terminé à la fin de l’année 2025. 16 500 kilomètres de câbles sous-marins devraient transiter à travers le passage du Nord-ouest pour un cout total de 1,48 milliard $.

 

Une meilleure connectivité pour les territoires

Le plan de financement de ce projet n’est pas encore finalisé et l’organisme est en relation avec diverses institutions gouvernementales canadiennes. Selon Far North Digital, la viabilité est une condition fondamentale à acquérir avant d’entamer des discussions avec les différentes collectivités inuites qui pourraient bénéficier d’un nouvel accès Internet.

« Ce projet est bien avancé en termes de préparation, mais je pense qu’avant de prendre contact avec les collectivités, il est important que nous ayons un projet en marche avant de commencer à créer des attentes au sein de ces collectivités », indique le président de Far North, Ethan Berkowitz.

Plusieurs collectivités du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest se trouvant le long du passage du Nord-Ouest sont directement concernées même si aucun nom n’a encore officiellement été annoncé

Dans l’Arctique canadien, l’accès à Internet est dispendieux et souvent défaillant à cause du manque d’infrastructures. Comme l’indique l’organisme Nunavut Tunngavik Incorporated (NTI), dans son rapport d’octobre 2020, le Nunavut est le seul endroit au Canada, à avoir accès à Internet par satellite. Plus lente et peu fiable, cette connexion généralisée au territoire ne permet pas un accès à Internet à haut débit.

Un projet international de fibre optique sous-marine vise à relier le Japon à l’Europe en passant par le passage du Nord-Ouest. Plusieurs collectivités du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest pourraient bénéficier d’une connexion Internet à haut débit d’ici la fin de l’année 2025. (Crédit photo : Far North Digital)

L’accord des collectivités est nécessaire

NTI, qui a connaissance des grandes lignes du projet, n’a cependant pas encore été contacté. L’organisme s’attend cependant à devenir partenaire. « Si le projet progresse et qu’il y a une compréhension claire de son impact sur les communautés et l’environnement du Nunavut, nous nous attendons à ce qu’il y ait un processus d’engagement formel, précise la directrice adjointe, Karen Flaherty. Aucun projet ou développement majeur ne peut traverser nos terres sans consultation ni approbation des Inuits et nécessite l'achèvement du processus d'approbation réglementaire au Nunavut. »

Compte tenu de l’ampleur du fossé des infrastructures de télécommunications entre le Nunavut et le reste du Canada, NTI estime que tout projet qui reliera les collectivités du territoire par fibre optique au reste du monde contribuera à réduire l’écart des services.

« Les Inuits du Nunavut démontrent leur leadeurship dans la détermination de la façon dont ils souhaitent prioriser le développement des infrastructures du territoire. Nous sommes prêts à investir dans des projets viables, selon nos propres conditions », pense Mme Flaherty.

Le projet hydrofibre de Kivalliq est un exemple. Toujours en cours d’évaluation environnementale et technique, ce projet, dirigé par l’association inuite Kivalliq (KIA), permettra la mise en place d’infrastructures spécifiques permettant à la fois une connexion à Internet à haut débit et un approvisionnement en électricité dans cinq collectivités de la région de Kivalliq, au nord-est de la baie d’Hudson.

 

Renforcer la souveraineté

L’amélioration des infrastructures de l’information permettra, selon NTI, d’accroitre la souveraineté des inuits sur leur territoire. C’est aussi l’avis de M. Berkowitz qui considère que la fibre optique, permettra non seulement au « Canada de bénéficier d’une plus grande souveraineté en Arctique, à un niveau national, mais permettra aussi aux collectivités d’être plus résilientes ». Avoir accès à Internet à haute vitesse rime aussi avec de plus grandes perspectives de formations universitaires et d’accès à l’information, et permettrait ainsi à la société canadienne d’être plus équitable.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages