Un début de saison de feux de forêt tranquille

Aux Territoires du Nord-Ouest un feu de forêt sur cinq est provoqué par la négligence humaine. (Archive Médias ténois)

Aux Territoires du Nord-Ouest un feu de forêt sur cinq est provoqué par la négligence humaine. (Archive Médias ténois)

Le moment où le risque de feux de forêt devrait être le plus élevé sera en juillet au sud du Grand lac des Esclaves. D’ici là, les responsables prévoient un début de saison calme, mais surveillent des zones de la région de Beaufort-Delta et du Sahtu anormalement sèches.

Le début de la saison des feux de forêt aux TNO devrait être tranquille, ont annoncé les responsables des Services de lutte contre les feux de forêt lors d’une conférence de presse, le 25 mai. Les autorités en ont profité pour rappeler qu’encore 20 % des feux sont déclarés par l’homme et que ceux-ci pourraient tous être évités.

Cette année, il y a eu des précipitations plus élevées dans une bonne partie des TNO. « Entre 95 % et 100 % du sol est saturé en eau, au point où on peut voir de l’eau à des endroits où l’on n’en voit pas d’habitude », a dit le gestionnaire de la Division de l’aménagement des forêts, Richard Olsen. Ces zones vont prendre « un moment pour sécher », poursuit-il.

« L’indice de sècheresse dans le Sud, plus spécifiquement dans le Dehcho et le Slave Sud, n’a jamais été aussi bas », ajoute-t-il. Ces conditions sont exceptionnelles au printemps.

En moyenne, 209 feux de forêt par an ont été déclarés lors des 10 dernières années. En 2020, il n’y en a eu que 71. C’était l’une des années les moins intenses jamais observées. 2020 avait aussi battu un autre record : aucun feu en mai.

« Malheureusement, on a eu un feu durant le dernier weekend », a poursuivi Richard Olsen. Celui-ci, causé par l’homme sur une ile du Grand lac des Esclaves, a été rapidement contrôlé. Les responsables s’attendent néanmoins à ce que le mois de mai demeure sous les moyennes grâce à la saturation en eau.

Juin devrait aussi être tranquille, quoiqu’il risque d’avoir plus d’activités que d’habitude dans le nord, où il est tombé moins de neige. « Des secteurs de Beaufort-Delta et des portions du Sahtu commencent à être anormalement secs, on va surveiller le tout », indique M. Olsen.

En juillet, les conditions de sècheresse anticipées dans le nord de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et de la Saskatchewan risquent de s’étendre aux TNO. Les responsables s’attendent à ce que la partie sud des TNO, autour du Grand lac des Esclaves, soit la plus sèche. « C’est là que le risque de feux importants sera le plus élevé », estime-t-il.

Les responsables pourraient être davantage sur leur garde que d’habitude à la fin aout. Ils s’attendent à ce que ce soit plus chaud et sec dans la région du Dehcho. Fin aout connait normalement un ralentissement d’activité, car il y a moins de systèmes orageux.

Toutes ces prévisions doivent être prises avec un grain de sel. « Notre degré de confiance dans les modèles est de faible à moyen », rappelle Richard Olsen. Les aléas de la météo et les changements climatiques font en sorte qu’il leur est difficile d’anticiper le nombre ou la sévérité des feux. Mais, en général, ils sont en mesure de voir venir une saison intense un an d’avance à cause de cycles dans les feux de forêt. La dernière saison intense a eu lieu de 2014 à 2016.

Malgré que les prévisions pour 2021 soient de bon augure, les Services de lutte contre les feux de forêt augmentent leur force de frappe avec trois nouvelles équipes et plus d’avions. « On veut trouver les feux petits et les éteindre aussitôt s’ils sont dans des zones problématiques », dit-il. Cela leur permettra aussi de limiter, en temps de pandémie, le besoin de renforts venant du Sud.

« Un feu important peut facilement requérir le tiers de nos forces. S’il y en a un deuxième, on a un problème. »

Les responsables continuent à éduquer la population qui allume quelque 20 % des feux de forêt aux TNO. « On cible tant les jeunes dans les écoles que les adultes. On veut que le message de prévention passe », dit-il.

Un simple truc : après avoir éteint votre feu en l’arrosant abondamment et en mélangeant les braises, vérifiez qu’il n’y a aucune source de chaleur en touchant les cendres.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages