Fonction publique : Ultimatum de grève

07 février 2019
Todd Parsons et les représentants des différents locaux du STN

Todd Parsons et les représentants des différents locaux du STN

Près de 4000 employés gouvernementaux pourraient entrer en grève dès le lundi 11 février.

Les employés du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) membres du Syndicat des Travailleurs du Nord (STN) entreront en grève le lundi 11 février prochain si aucune entente n’est conclue d’ici ce terme.
C’est ce qu’a annoncé le président du STN, Todd Parsons, le 5 février, le jour même où recommençaient les travaux de l’Assemblée législative. Le gouvernement a aussi été notifié.

La députée de Yellowknife Centre Julie Green, secondée par son collègue de Kam Lake, Kieron Testart, asumois l'idée d'une médiation contraignante au vote de l'Assemblée législative le 6 février,


La menace de grève toucherait environ 4000 employés à la grandeur des TNO, chiffre auquel il faut soustraire un nombre indéterminé d’employés travaillant dans les services essentiels, qui ont signé une convention collective en novembre dernier.


Deux journées de médiation sont prévues les 8 et 9 février au Quality Inn. M. Parsons a dit être prêt à en ajouter une autre, le 10, sans toutefois connaitre les disponibilités du médiateur, Vince Ready.
« Nous sommes prêts à négocier durant 20 heures s’il le faut », assure la vice-présidente régionale Somba K’e Josée-Anne Thibault.

Sérieux
Devant les représentants des 20 locaux du STN réunis pour la conférence de presse, M. Parsons a fait montre de détermination.


« Nous ne bluffons pas, a-t-il dit. Le gouvernement va comprendre que nous sommes prêts à faire la grève. Nous avons offert des médiations contraignantes. Rien n’a été accepté. Ils semblent insister à nous fermer la porte. Nous allons agir. »
Dans la soirée, des membres du STN ont troublé l’assemblée de circonscription électorale du premier ministre Bob McLeod.


Plutôt dans la journée, M. Parsons s’était rendu à l’ouverture des travaux de l’Assemblée législative.
Questionné par les journalistes sur la longueur éventuelle de la grève, le président du syndicat a dit être prêt pour le pire. Il a toutefois signifié, en rapport aux froids intenses, que rien d’excessif ne serait exigé des membres du syndicat.
Selon les règlements du STN, un piquet de grève est de quatre heures par jour, et les grévistes reçoivent environ 117 $ quotidiennement pour cette action.


Infirmier et président du local 11, Frank Walsh a affirmé sa foi dans la cause.


« Attendre toujours après le prochain chèque n’est pas facile », a-t-il dit. M. Walsh a déjà participé à deux grèves à Terre-Neuve-et-Labrador et se dit préparé pour une troisième.


Todd Parsons espère que le public et les commerces qui ont besoin des services publics fournis par les travailleurs comprendront et soutiendront leur démarche.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.