S'abonner à Médias Ténois

Tu Nedhé-Wiilideh : six candidats en lice

Bâtiment de l’Assemblée législative (Crédit photo : Thomas Ethier)

Bâtiment de l’Assemblée législative (Crédit photo : Thomas Ethier)

La campagne électorale est enclenchée dans la circonscription de Tu Nedhé-Wiilideh. Au cours des trois prochaines semaines, six candidats tenteront de combler le siège déclaré vacant en novembre 2021. Les électeurs recevront sous peu leurs bulletins de vote, qui devront être acheminés par la poste ou déposés au bureau de scrutin d’ici le 8 février, jour de l’élection.

Thomas Ethier – IJL – Territoires

Élections TNO a opté pour le vote postal par mesure de sécurité, afin d’éviter aux électeurs de possibles expositions à la COVID-19. « Nous craignions que la tenue d’une élection partielle ordinaire, avec des électeurs se rendant dans un bureau de vote le 8 février, ne devienne un problème de santé publique », indique l’organisation sur son site Web.

Le nom du vainqueur sera annoncé le 9 février alors que la reprise de la deuxième session parlementaire se déroulera du 21 février au 31 mars.

Le siège de la circonscription de Tu Nedhé-Wiilideh a été déclaré vacant en novembre 2021 après un vote unanime des députés de l’Assemblée législative. Au terme d’une enquête indépendante, le député, Steve Norn a été reconnu coupable d’avoir enfreint le code de conduite de l’Assemblée pour avoir brisé son protocole d’isolement à un retour de voyage et avoir induit le public en erreur. Ses collègues lui ont également reproché l’envoi de messages injurieux et menaçants au cours de l’enquête.

 

Les candidats

Voici la liste des six candidats aux élections partielles de Tu Nedhé-Wiilideh, présentés par ordre alphabétique.

 

Ernest Betsina

Ernest Betsina convoite aujourd’hui le rôle de député de Tu Nedhé-Wiilideh, après avoir été chef de la collectivité de Ndilo durant deux mandats.

Dans le cadre des dernières élections de la collectivité – remportée par Fred Sangris –, M. Betsina a mis de l’avant ses démarches auprès du gouvernement fédéral, qui ont notamment permis l’obtention de plus de 18 millions $ pour la construction de logements à Ndilo et à Dettah.

Il a également milité pour obtenir des excuses des dirigeants de la mine Giant et pour intensifier les efforts d’assainissement du site.

 

Nadine Delorme

Mme Delorme est vice-présidente de la Fondation autochtone de l’espoir. Elle se présente « pour défendre la justice, l’éducation et la réforme de la langue », peut-on lire sur le site Web de l’organisation, qui dit appuyer sa candidature. La candidate s’est engagée, au cours de sa campagne électorale, à parcourir à la marche l’équivalent des 627 km qui séparent Fort Resolution de Yellowknife « en hommage aux survivants et survivantes de la rafle des années soixante, dont elle fait partie elle-même, et à tous les enfants qui sont décédés dans les pensionnats indiens. »

 

Richard Edjericon

M. Edjericon a été notamment président de l’Office d’examen des répercussions environnementales de la vallée du Mackenzie, porte-parole des chefs du gouvernement Akaitcho, et chef de la Première Nation des Dénés Yellowknives.

Il s’est présenté aux élections territoriales de 2019 et le siège qu’il convoitait a été remporté par Steve Norn, après avoir tenté, en 2018, d’accéder au titre de chef national déné.

M. Edjericon est actuellement membre du conseil de direction de Det’on Cho Management. « Richard a travaillé de près avec les gouvernements autochtones et les sociétés de développement régionales pour les aider à acquérir leurs habiletés en matière d’expertise en gestion de projet », peut-on lire sur le site Web de l’organisation.

 

Steve Norn

Steve Norn tentera une fois de plus de gagner la confiance des électeurs pour retrouver sa place à l’Assemblée législative des TNO. Élu député de Tu Nedhé-Wiilideh en 2019, il a été président du Comité permanent de responsabilisation et de supervision. Avant sa carrière politique, M. Norn a notamment été officier de la Gendarmerie royale du Canada.

Steve Norn a indiqué au réseau CBC North avoir récemment obtenu un « élan de soutien » de la part des électeurs de sa circonscription. Il se dit prêt à retourner travailler avec ses anciens collègues, ceux-là mêmes qui ont voté pour son expulsion. « Plusieurs [des députés] sont professionnels. Ils comprendront. Ils doivent eux-mêmes s’occuper de leurs propres électeurs. Nous devrons continuer d’aller de l’avant et tenter de faire du Nord un meilleur endroit », a-t-il déclaré.

M. Norn n’a pas répondu à la demande d’entrevue de Médias ténois.

 

Mary Rose Sunberg

Résidente de Dettah, Mme Sunberg est interprète et traductrice tli cho depuis près de quarante ans. Celle qui assure, entre autres, l’interprétation des échanges formulés dans sa langue maternelle à l’Assemblée législative plaide pour une meilleure représentation des langues et de la culture autochtones aux TNO.

Elle a effectué quatre mandats au sein du conseil de la Première Nation des Dénés Yellowknives, et a été membre du conseil de l’Autorité scolaire d’un district de la région pendant près de 19 ans.

 

Clinton Unka

Originaire de Fort Resolution et membre de la Première Nation Deninu Kue´, Clinton Unka est responsable des ressources humaines pour le ministère des Finances des TNO depuis 2018.

Engagé en politique depuis l’adolescence, il a été page pour l’Assemblée législative des TNO, puis pour le sénat canadien, alors qu’il étudiait au baccalauréat en sciences politiques.

Il a été président des jeunes libéraux de l’Association libérale de l’Arctique de l’Ouest.

S’il est élu, M. Unka entend réclamer un meilleur accès aux soins de santé et aux programmes gouvernementaux dans les petites collectivités et s’attaquer à la pénurie de logements qui sévit dans sa circonscription.

Il compte également militer pour accroitre les ressources communautaires en matière de santé mentale et de traitement des dépendances.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.