COVID-19 : Tous rassemblements interdits

Le ministre des Affaires du Nord, Daniel Vandal, travaille à la maison depuis sa résidence de Winnipeg. Durant la crise de la COVID-19, le ministre affirme être en communication continue avec les gouvernements des territoires et les leadeurs du Nord, notamment les gouvernements autochtones. (Courtoisie Daniel Vandal)

Le ministre des Affaires du Nord, Daniel Vandal, travaille à la maison depuis sa résidence de Winnipeg. Durant la crise de la COVID-19, le ministre affirme être en communication continue avec les gouvernements des territoires et les leadeurs du Nord, notamment les gouvernements autochtones. (Courtoisie Daniel Vandal)

Batiste Foisy

Tous les rassemblements sont maintenant interdits aux TNO, « peu importe leur taille ou le nombre de participants, qu’ils se déroulent à l’intérieur ou à l’extérieur ».
L’annonce en a été faite par le bureau de l’administratrice en chef de la santé publique, le 22 mars en matinée, par l’émission d’un avis public.
Des exemples de rassemblements désormais interdits détaillés dans le communiqué comprennent : les carnavals et festivals, les offices religieux (y compris les funérailles et les mariages), les infrastructures de loisirs (arénas, piscines, centres récréatifs, maisons des jeunes, salles de sport), les bingos et les loteries de type Chase the Ace et les centres communautaires. Or, il ne s’agit pas d’une liste exhaustive, mais bien d’exemples. Tout rassemblement est présumé interdit.
L’avis public ne mentionne pas les rassemblements privés informels (des repas entre amis par exemple), mais Cabin Radio mentionne qu’ils sont également prohibés. L’Aquilon n’a pas pu vérifier cette information, mais d’une manière générale, le mot d’ordre est que toute visite à la maison devrait être évitée.
D’une manière ou d’une autre, la Santé publique recommande de pratiquer « l’éloignement social », notamment de maintenir en tout temps une distance de deux mètres entre les individus.
Les gens ne sont pas pour autant tenus de rester toujours à l’intérieur. Tant que l’éloignement social est maintenu, il est possible de profiter du grand air. Il est toujours possible, notamment, de se rendre dans la nature ; c’est même recommandé.

Garderies
Selon l’office de l’administratrice en chef de la santé publique, les visites d’amis seraient à proscrire, mais pas la fréquentation des garderies. Les garderies ne sont pas tenues de fermer leurs portes et sont même encouragées à demeurer ouvertes.
On indique que ces dernières remplissent un rôle essentiel en permettant aux travailleurs dont la présence est requise pour lutter contre la pandémie d’être disponibles au travail.
« La disponibilité continue des services agréés d’éducation et de garde de jeunes enfants est essentielle pour s’assurer que les travailleurs essentiels des TNO puissent continuer de fournir des services aux Ténois tout au long de l’urgence sanitaire publique liée à la COVID-19, y compris les services de santé, peut-on lire sur le site web du gouvernement des TNO. Les fournisseurs et les parents seront avisés si la situation venait à changer. »
Le gouvernement offre un soutien financier spécial additionnel aux garderies pour les inciter à demeurer ouvertes.
Les garderies doivent cependant appliquer les mesures de distanciation sociale et refuser l’admission d’enfants visés par les mesures de quarantaine, comme ceux qui reviennent de l’étranger ou d’une autre juridiction canadienne.
À Yellowknife, la garderie Plein Soleil et la garderie YK Daycare au centre-ville sont fermées depuis le 22 mars.

Commerces forcés de fermeture
L’avis public signale aussi la fermeture obligatoire de plusieurs types de commerce dont la nature de leurs activités « ne leur permet pas d’appliquer des mesures d’éloignement social adéquates ».
Il s’agit, notamment, des bars et discothèques, des musées et galeries d’art, des théâtres et cinémas, des gymnases et salles d’entrainement ainsi que des centres de soins personnels tels que les salons de coiffure et d’esthétique ou les salons de massage. Les entreprises de tourisme sont également visées par l’avis. Dans les faits, une majorité de commerces visés par les nouvelles directives avaient déjà fermé leurs portes.
Les restaurants qui servent des buffets doivent fermer, mais les autres établissements de restauration peuvent continuer le service s’ils permettent une distanciation sociale adéquate – en réduisant le nombre de tables, par exemple.
Les dépanneurs, les épiceries, et les stations-service restent ouverts, mais doivent mettre en place des mesures pour assurer la distanciation sociale, de même que limiter le nombre de clients qu’ils permettent à l’intérieur.
« Ils devraient également encourager fortement leur personnel et leur clientèle à se tenir à une distance de deux mètres les uns des autres, y compris dans les files d’attente, à se laver les mains fréquemment avec de l’eau et du savon pendant au moins 20 secondes, ou à utiliser du désinfectant pour les mains ayant une teneur d’au moins 60 % d’alcool », signale l’avis public.
L’ouverture des magasins d’alcool, des banques et des pharmacies est permise si l’on met en place les mesures d’éloignement social. Le 23 mars, on a annoncé des heures d’ouverture réduites dans les magasins d’alcool et de cannabis. À Yellowknife, Hay River et Inuvik, les magasins d’alcool sont ouverts de midi à 19 h, du lundi au samedi ; à Fort Smith, l’horaire est de 14 h à 18 h, du lundi au samedi. Il est possible qu’on limite la quantité d’alcool qu’une personne peut acheter à la fois.
Les directives annoncées pour freiner la progression de la COVID-19 changent rapidement. En cas de doute, veuillez vous référer au répertoire des avis de sécurité publique du gouvernement des TNO.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561