Musique : Sur scène

Gagnant du concours Chant'Ouest en 2015, l'ex Indigo Joseph Étienne Fletcher a eu l'occasion de participer au festival de la chanson de Granby tout comme son comparse Byrun Boutin-Maloney qui a remporté le même concours en 2017. Malgré tout, ll ne pense pas que les Indigo Jo soient en train de remplacer la famille Campagne comme pôle d'influence de la musique fransaskoise. (Photo: Courtoisie)

Gagnant du concours Chant'Ouest en 2015, l'ex Indigo Joseph Étienne Fletcher a eu l'occasion de participer au festival de la chanson de Granby tout comme son comparse Byrun Boutin-Maloney qui a remporté le même concours en 2017. Malgré tout, ll ne pense pas que les Indigo Jo soient en train de remplacer la famille Campagne comme pôle d'influence de la musique fransaskoise. (Photo: Courtoisie)

Les deux faces A d'Étienne Fletcher 

Le rocker Étienne Fletcher fait sa marque depuis quelques année sur la scène francophone. Gagnant de Chant’Ouest en 2015, le Fransaskois roule sa bosse, enchaînant les festivals.


Dans la veine d’un Jimmy Hunt ou d’un Keith Kouna, Étienne Fletcher livre des ballades rocks amples appuyées de textes à la fois tendres et délinquants.


Son plus récent effort, disponible sur la plateforme Bandcamp et dont le lancement sur support physique est prévu cet été, est un pur produit du bilinguisme par addition. « Une moitché français pis une moitché anglais », eut opiné Cayouche.


« Le but, c’était de faire un vinyle, dit-il. Alors je me suis dit : pourquoi pas faire un côté francophone et un côté anglophone […]. Face A et Side A. Je me disais qui va être le côté A, qui va être le B? Et je ne voulais pas insulter personne ou que quelqu’un pense que l’une est prioritaire par rapport à l’autre. Alors je me suis dit : tu sais quoi? Pas de chicane dans la cabane. Les deux sont les côtés A. »


Il ne se force pas pour autant pour écrire dans l’une langue ou l’autre. Ça vient naturellement. « Des fois, j’ai une idée qui se présente et, oh, j’ai déjà plusieurs lignes en anglais ou j’ai un paragraphe en français, pis ça l’adonne juste que je continue avec ça. Je ne veux pas me forcer. Je trouve ça le fun de pouvoir sauter d’une langue à l’autre et, pour le moment ça me va très bien. »


Et sur scène, ça a l’air de quoi?


« J’ai deux musiciens avec moi. Nous sommes un trio. On aime quand il y a une bonne variété sur scène, On aime ça quand il y a une bonne énergie aussi. Alors, on est prêts pour faire la fête. J’aime avoir des beaux échanges avec la foule.»


Après lui, son collègue de l'ex formation indy rock Indigo Joseph, Byrun Boutin-Maloney, a, à son tour, remporté Chant'Ouest en 2017. Est-ce que les Indigo Jo sont en train de remplacer la famille campagne comme pôle d'influence de la musique fransaskoise?


« Oh, je ne pense pas que personne puisse remplacer les Campagne en Saskatchewan! (rires) Tu sais, on est chanceux Byrun et moi. Nous sommes deux francophones qui avions parti ce projet-là, Indigo Joseph après l'école secondaire et c'était un projet principalement anglophone. Et Byrun et moi, on a commencé à se dire: t'sais nos tounes qu'on jouait pour le fun, sur le side, pourquoi qu'on essaie pas d'emmener ça dans le band. et ça avait été très bien reçu. Une chansons avait même joué à l'émission Tout le monde en parle. Et c'est vraiment quelque chose qui m'avait montré qu'il y avait de quoi à faire là-dedans.»


Étienne Fletcher offre deux concerts gratuits aux TNO : le dimanche 24 juin, à Yellowknife, à l’occasion de la Saint Jean-Baptiste au site de Folk on the Rocks et le lundi à 18h30 au Back Eddy de Hay River. Merci les assos!

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages