Témoignage : Super Papa : un poste à temps plein

Patrice Tremblay et son fils, Riel McCreesh, au Groenland lors de leur tournée circumpolaire  (Gracieuseté : Patrice Tremblay)

Patrice Tremblay et son fils, Riel McCreesh, au Groenland lors de leur tournée circumpolaire (Gracieuseté : Patrice Tremblay)

 De quoi ça a l’air un papa impliqué dans la vie de son enfant à temps complet ? Et comment se déroule le retour au travail d’un Super Papa? Témoignage de Patrice Tremblay sur la paternité et l’égalité parentale.

 

« Ça devrait être quoi mon rôle de père ? », répète à voix haute Patrice Tremblay, après que je lui aie posé la question. Silence.


Il répond. « J’en n’ai aucune idée et je ne pense pas que la société en a une non plus, parce que s’il y a 6 millions d’enfants, il y a 6 millions de pères différents ».


Patrice Tremblay, alias Super papa, fabrique des bijoux, est charpentier-menuisier et constructeur et fait aussi partie de l’équipe du château de neige. Il occupe toutes ces fonctions en plus d’être papa de Riel et de Sam McCreesh (ils ont décidé de donner le nom de famille de sa conjointe Alison).


Super Papa élabore sa réflexion sur son rôle parental : « C’est ma responsabilité de m’occuper de lui et de le protéger ». Il rejette toutefois l’idée du père autoritaire : « je veux être son égal, comme s’il est un adulte, comme si on est coloc, qu’on vit dans la même maison, qu’on vit ensemble [...]. J’essaie de le traiter comme quelqu’un qui est comme moi et pas juste comme mon enfant [...] », explique-t-il de sa relation avec son fils Riel.


Depuis la naissance de leur petite dernière, Sam, Alison est plus souvent avec les enfants et Patrice est de retour au travail. « Je suis resté à la maison un bout de temps, le temps qu’on ait le bébé, mais vu qu’on est travailleurs autonomes tous les deux, il n’est pas question de congé de maternité pour personne, de dire Patrice. Donc là, Alison reste à la maison avec eux autres.»

Tournée circumpolaire
Chez les McCreesh-Tremblay, les tâches parentales ne sont pas accomplies seulement par maman. Par exemple, en 2016, la famille est partie en tournée pour six mois avec des arrêts en Finlande, en Russie, au Groenland, en Islande, en Norvège et en Suède. Cette tournée a permis la publication, plus tôt cette année, de Norths, un carnet de voyage circumpolaire qui comprend 180 cartes postales écrites et illustrées sur la route.


Patrice raconte : « j’étais là pour être avec Riel pour qu’[Alison] puisse être libre pendant sa résidence d’artiste. C’est le choix qu’on a fait ». Au quotidien, Patrice et Riel devaient s’occuper. Après avoir exploré leur nouvel appartement, ils partaient à la recherche de l’épicerie, d’un parc – où il n’y avait habituellement pas grand monde en plein hiver dans le Nord -, de la piscine et de la bibliothèque. Quelques activités communautaires pour les familles s’ajoutaient à leur horaire. Côté sociabilité, Riel était responsable du réseautage. Tout petit, il attire les gens à interagir avec eux.


Malgré l’implication de Patrice dans le quotidien de Riel, il remarque qu’il ne peut remplacer le rôle de sa conjointe. « Ce qu’il veut en premier, lui, c’est maman, c’est évident. Le lien est particulier avec la maman ».

Encore une minorité
Patrice observe qu’il y a seulement une minorité de pères qui s’investissent de manière égalitaire avec les mères dans la famille. Même s’il est entouré de papas qui partagent les tâches quotidiennes avec les mamans, « ce n’est pas quelque chose qui est en train de devenir global », à son avis. Qui se ressemble s’assemble.
Une des raisons qui expliquerait, selon lui, la possibilité de s’investir dans la vie de ses enfants serait la flexibilité de son horaire de travail à titre d’entrepreneur.


Cependant, être un Super Papa n’est pas dépourvu d’épreuves. Sans vouloir s’attarder sur le sujet, Patrice confie qu’il y a une forme d’isolement qui se crée lorsqu’on s’occupe d’un enfant à temps complet, surtout dans un environnement qu’on connaît moins bien. Il note d’ailleurs l’importance d’être entouré quand il est question d’être parent.

Concilier tous les aspects de la vie
De retour à Yellowknife, la conciliation travail-famille comporte aussi son lot de défis : « Là, je suis rembarqué sur le travail, j’aurais le goût de me concentrer là-dessus, mais d’allier tout ça, c’est difficile [...] ». L’organisation du temps est donc gros défi pour toute la famille, mais l’important pour lui est que chacun s’y épanouisse.


« On fait nos projets avec moins de temps qu’avant [d’avoir des enfants], donc ce sont des compromis, il faut trouver la bonne balance. C’est tout le temps à repenser, chaque instant, chaque journée, les projets changent tout le temps, dépendamment du contrat que j’ai [...] Au quotidien, chaque jour, on se dit okay, comment ça va se passer aujourd’hui avec les enfants… ça devient normal après un certain temps. » Avec le sourire en coin, il dit être « content de pouvoir [se] casser la tête pour organiser ça. »


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 26 février 2019, 22 h 15
Bonjour à vous deux ! Bernadine m'a gentiment envoyé cet article. J'étais occupé à l'extérieur mais ce soir, j'ai pu le lire. Ça m'a rappelé bien des souvenirs avec nos deux garçons qui se suivaient à 18 mois d'intervalle. Je me rappelle de très beaux souvenirs. Entre autres, ma corvée de lavage de couches le soir... En été, ça séchait près du poêle à bois et l'été, j'avais une longue corde dehors... Mais, que c'est loin tout ça. Maintenant, je me rappelle les mots de la chanson de Ferré " ... cette vie qui dure l'espace d'un cri, d'une permanente ou d'un blue jean "... eh oui ! Bravo à vous deux ! Vos fils vont se rappeler... Gérard et Danielle en Estrie
Laissez nous vos commentaires
Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561