S'abonner à Médias Ténois

Splendeur de la musique classique au romantisme_36

22 septembre 2022

En parallèle des opéras de Mikhaïl Glinka, les opéras d’Alexander Dargomyjski, Rousalka et La convive de Pierre, sont les plus importants de la composition écrite classique russe au romantisme.

Ces œuvres, qui sont des références pour les contemporains Glinka, font l’effet de prises de conscience des valeurs et de la beauté des traditions folkloriques des danses et des récits russes, poussant les compositeurs à conjuguer ses propres émotions à celles des personnages des récits dont ils s’inspirent. Dans ces opéras, la composante linguistique est un autre facteur important, car c’est la langue russe qui est utilisée et non l’italien, ni le français, ni l’allemand comme dans la période classique. Il existe des fragments d’une comédie musicale composée vers la fin du 18e siècle par Mikhaïl Sokolovski, dont le livret est écrit par Alexander Onisimovich : Le meunier qui était un sorcier. C’est le seul document qui précède les œuvres de Glinka et celles de Dargomyjski.

Alors que les opéras de Glinka puisent dans l’histoire russe, Dargomyjski s’inspire plutôt de la mythologie russe.

Pour composer et écrire le livret de son œuvre majeure Rousalka, Dargomyjski travaille sur le poème éponyme d’Alexander Pouchkine, qui se base sur la mythologie slave des Rousalki, des êtres mythologiques qui habitent des palais sous les eaux des lacs et des rivières. Ces êtres ressemblent aux naïades de la mythologie grecque : des femmes mortes noyées, qui reviennent à la surface pour séduire et noyer des hommes afin de les ramener dans leur palais aquatique.

La trame de l’opéra Rousalka raconte l’histoire de Natacha, fille d’un meunier, qui s’est suicidée, car son amant, le prince, allait se marier à une autre princesse. Lors du mariage du prince, on entend les cris lugubres de la défunte Natacha, enceinte au moment de son décès.

Plusieurs années s’écoulent et le prince devient de plus en plus nostalgique de Natasha. Un soir, au bord de la rivière, le prince rencontre une femme qui le dirige vers la rivière. Il plonge dans l’eau et se noie. Il est alors conduit au palais sous-marin de Natasha, devenue Rousalka, reine des Rousalki.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.