S'abonner à Médias Ténois

Splendeur de la musique classique au romantisme_34

08 septembre 2022

Le tournant du romantisme en Russie est marqué par l’opéra Ruslan et Ludmila. Cette œuvre est présentée au théâtre impérial Bolchoi Kamen, à San Pétersbourg, le 27 octobre de 1842. Composé par Mikhail Glinka, qui est également le directeur artistique, cet opéra met en musique un livret dont les signataires principaux sont N.A Markebich, Nestor Kukolnik et Valerian Shirkov. Ruslan et Ludmila est adaptation scénique du poème éponyme d’Alexandre Pouchkine, alors le plus important poète du romantisme russe.

Né à Moscou le 6 juin 1799, Alexandre Sergueievitch Pouchkine figure parmi les poètes fondateurs du romantisme aux côtés de Lord Byron et Johann Wolfgang Von Goethe. Son père, Serguei Luovita Pouchkine, est major dans l’armée russe et sa mère, Nadejda Ossipovna, est issue de la noblesse de Saint-Pétersbourg. C’est grâce à ce milieu social – dans lequel la langue d’éducation des enfants est le français – qu’Alexandre, jusqu’à l’âge de dix ans, s’intéresse aux œuvres de Molière. 

À l’âge de douze ans, le jeune Pouchkine commence ses études au Lycée Imperial dans le village de Tsaskoie Selo, non loin de Saint-Pétersbourg, construit autour du Palais d’Élisabeth Petrovna, fille de Pierre le Grand. La majorité des habitants du village sont des académiciens et des intellectuels, affiliés au Lycée Imperial, institution où Alexandre excelle dans ses études historiques et littéraires. Son expertise en philosophie est inspirée des philosophes des lumières : Emmanuel Kant, Jean Jacques Rousseau et Montaigne. 

C’est à cette période qu’il commence à écrire des poèmes en vers et en prose sur des traditions russes, dans la langue du pays, jusqu’alors utilisée pour publier des œuvres religieuses et gouvernementales. C’est la raison pour laquelle il est nommé père de la littérature russe. Parmi ses poèmes courts, Ko – qui signifie À – est appris par la majorité des russes.

En 1820, il écrit le poème Ruslan et Ludmila, qui devient une des œuvres phares du romantisme littéraire et musical russe, et qui inspire la composition de l’opéra de Mikhail Glinka. Ce célèbre poème s’inscrit dans la continuité que les œuvres Le cavalier de bronze, Récits de Jean Ivan Petrovich Belkine, Boris Godunov et Eugene Onegin. Plusieurs poèmes d’Alexandre Pouchkine ont été mis en musique par des compositeurs russes romantiques, dont le Groupe des Cinq.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.