S'abonner à Médias Ténois

Splendeur de la musique classique au romantisme_24

L’admission de Georges Bizet au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, à l’âge de dix ans, n’est pas exceptionnelle. D’autres enfants « génies » ont été admis dans cette prestigieuse institution avant cet âge. Parmi ces enfants figure Jacques François Fromental Élie Halevy dit Halevy – qui devient professeur de composition de George Bizet –, admis au conservatoire à l’âge de sept ans.

Âgé de quinze ans, Halevy devient professeur de solfège du conservatoire et, cinq ans plus tard, en 1819, il compose la cantate Herminie, la présente au Conservatoire de Paris et obtient le Prix de Rome. Cette reconnaissance lui permet de perfectionner ses habilités musicales et de mieux connaitre la phonétique et la dynamique de la langue italienne à la villa Médicis, administrée par le Conservatoire de Paris.

À la fin de son séjour à Rome, il passe quelques mois à Vienne, échangeant des connaissances avec les membres de la Société philharmonique de Vienne ainsi qu’avec Ludwig van Beethoven. À son retour à Paris, il dirige la chorale de l’opéra de Paris italien, reprend son travail de professeur au Conservatoire de Paris et y présente, en 1827, son premier opéra : L’artisan, dont le librettiste est Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges.

En 1830, il compose la musique du ballet en trois actes Manon Lescaut – aidé du livret d’Eugène Scribe – qui est présentée à l’Académie royale de musique de Paris, en ayant comme principale ballerine Maria Sophie Taglioni. Cette dernière, issue d’une famille de chorégraphes, voit le jour à Stockholm, alors que son père travaillait comme premier danseur et maitre de ballet. En 1827, Maria Sophie et son père sont engagés à l’Opéra de Paris. Elle y danse pour la pièce de Manon Lescaut et, deux années plus tard, au ballet La Sylphide, composé par son père, Filippo Taglioni. Elle devient la première ballerine à utiliser la technique qui consiste à danser sur la pointe des pieds tout au long de la performance.

Après la présentation de son ballet, Jacques François Fromental Élie Halevy compose surtout des opéras. Parmi une quarantaine de ces opéras, le plus connu est La Juive, un opéra en cinq actes dont le librettiste est encore une fois Eugène Scribe. Il devient un des plus importants professeurs – et représentants – du Conservatoire de Paris qui a comme étudiants principaux George Bizet et Charles Gounod.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.