S'abonner à Médias Ténois

Splendeur de la musique classique au romantisme_22

Le 25 mai 1847, Giuseppe Verdi présente son opéra Macbeth, au Teatro della Pergola, à Florence, dont les librettistes Andrea Maffei et Francesco Maria Piave structurent les vers, inspirés par la tragédie de William Shakespeare. Après sa présentation, Giuseppe part vers Paris pour y écrire son opéra Jérusalem, pour le Théâtre national de l’Opéra de Paris. C’est à cette occasion qu’il rencontre Giuseppe Mazzini – un des leadeurs du Risurgimento – qui se trouve en exile et qui, sachant l’écho que son opéra Nabucco vive dans le cœur des Italiens, lui demande de composer des chansons qui pourraient être utilisées dans des mouvements de soulèvement. C’est l’origine de la chanson Suona la trombe, dont le librettiste est Manfredo Maggione.

Verdi se trouve à Paris lors de la Révolution française de 1848, qui oblige le roi Louis Philippe à abdiquer. Cet évènement excite des mouvements révolutionnaires de plusieurs régions européennes sous l’empire autrichien. Parmi ces régions, figure Milan, ville témoin de violentes confrontations entre des révolutionnaires et l’armée de l’empire autrichien entre le 18 et le 23 mars 1848. Cet évènement provoque l’expulsion temporaire de l’armée et de la bureaucratie de l’empire autrichien, principalement grâce aux idées républicaines de Giuseppe Mazzini et du stratège Giuseppe Garibaldi.

Giuseppe Garibaldi opère comme leadeur stratégique de révoltes sociales depuis les débuts des années 1830. D’abord, dans la péninsule italienne – contre l’empire autrichien – puis lorsqu’il est obligé de s’enfuir vers l’Amérique du Sud, il organise des guérillas contre l’empire portugais au Brésil et contre l’empire espagnol en Uruguay. À la fin de l’an 1847, il retourne à Milan et commence à diriger des soulèvements sociopolitiques dans la péninsule italienne tout au long des années 1850, décennie durant laquelle il s’allie à Victor Emanuel II, roi du royaume de Sardaigne – situé au nord de la péninsule italienne – et avec les forces de l’empire français pour lutter contre l’empire autrichien. En 1861, tous les royaumes de la péninsule italienne sont unifiés – à l’exception de Venise et de Rome – et Victor Emanuel II devient roi du royaume de l’Italie et de Florence, sa capitale.

Durant toute cette période de soulèvement, Giuseppe Verdi ne s’implique pas directement dans les groupes révolutionnaires. Sa contribution directe est la composition de Suona la trompa. Il se concentre sur la composition d’opéras qui présentent des éléments de révolte, tels que son œuvre La battaglia di Legnano, présentée au Teatro Argentina de Rome, et Rigoletto, présentée au théâtre La Fenice de Venise, inspiré de l’œuvre de Victor Hugo.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.