S'abonner à Médias Ténois

Splendeur de la musique classique au romantisme_19

 Le refus d’admission au Conservatoire n’affecte pas la décision de Giuseppe Verdi de rester à Milan, de se forger une carrière comme musicien et compositeur, et, surtout, de poursuivre ses études de musique. Il étudie l’interaction sonore entre les phonèmes et les sons instrumentaux, domaine dans lequel il avait une certaine maitrise grâce aux enseignements de Ferdinando Provesi, son maitre de musique à Busseto. Verdi entreprend alors d’échanger avec des professeurs du conservatoire de manière informelle. Il se met également à rencontrer des musiciens de l’orchestre du théâtre la Scala de Milan. Ce célèbre théâtre, construit en 1778, est une véritable rampe de lancement pour de grandes œuvres dramatiques, de danse et de musique à travers l’histoire. C’est dans cette dynamique que Giuseppe fait la connaissance du claveciniste Vincenzo Lavigne, qui devient son meilleur ami. Il sera alors sous la tutelle de Lavigne, qui l’aidera à se parfaire en tant que compositeur. Giuseppe Verdi s’inscrit à la chorale de la Société philharmonique de Milan. Il occupera ensuite le poste de maitre claveciniste à l’orchestre du théâtre le Scala.

C’est durant cette période qu’il fait la rencontre de Pietro Massini, chanteur lyrique et directeur de la Société philharmonique de Milan. Leurs échanges sur des sujets tels que la parole et son interaction avec la musique d’opéra – de Claudio Monteverdi à Gioacchino Rossini – renforcent la passion de Giuseppe pour les structures sonores, instrumentales et harmoniques complexes.

Le jeune compositeur s’intéresse également aux milieux littéraires et philosophiques, au sein desquels les idées libérales du romantisme convergent avec les idées opposées à la distribution des territoires européens par le congrès de Vienne en 1814 et par la répression de 1830. Il appartient ainsi à un mouvement sociopolitique connu sous le nom de Risurgimento, qui milite pour la libération des territoires de la péninsule italienne de la domination de l’Empire d’Autriche et l’unification italienne. Parmi les intellectuels qui se démarquent se trouve Alessandro Manzoni, romancier et essayiste qui, après plusieurs années de fréquentation de salons littéraires à Paris, s’implique activement en politique, à travers des conférences et essais. C’est un des acteurs les plus importants dans l’établissement de la langue italienne comme langue nationale.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.