S'abonner à Médias Ténois

Splendeur de la musique classique au romantisme_18

Busseto n’était pas une grande ville. En 1827, elle comprend deux églises, une salle de spectacle, une école de musique, une société philharmonique et le ginnasio – institution éducative qui correspond aux trois dernières années d’école secondaire – où Giuseppe Verdi obtient son diplôme en mathématiques, histoire et rhétorique. Âgé de quatorze ans, il décide de se concentrer sur la composition musicale à l’école de musique, dont le principal professeur est Ferdinando Angelo Maria Provesi, natif de la région qui, non seulement connait les différentes méthodes d’écritures musicales relatives à la composition de symphonies et d’opéras, mais est aussi maitre de chapelle de l’église Saint-Bartholomée. Il est également directeur de l’orchestre philharmonique de Busseto.

Provesi aide Giuseppe à maitriser l’orgue et le pianoforte et l’initie à l’écriture des opéras majeurs de Bellini, de Donizetti, de Rossini et de Wagner. Pendant cette période, Giuseppe devient organiste des deux églises de Busseto et musicien de l’orchestre philharmonique. Au début de 1830, il termine ses études avec Provesi et déménage de l’école de musique – dans laquelle il habitait – pour habiter chez son mécène, Antonio Barezzi. Il devient alors enseignant de chant et de piano de sa fille Margherita. C’est avec l’appui financier de Barezzi qu’en 1832 Giuseppe déménage à Milan pour continuer ses études au conservatoire de musique.

Milan est une des villes les plus importantes d’Europe. Située au nord de la péninsule italienne, au centre de la plaine du Po, elle est d’abord contrôlée par l’empire carolingien, puis par le Saint-Empire romain germanique, avec des périodes d’occupation par l’Espagne et par la France. En 1832, Milan se trouve sous le règne de l’archiduchesse de Parme, Marie-Louise d’Autriche, impératrice des Français de 1810 à 1814. La ville est alors connue pour ses arts et sa musique.

En arrivant à Milan, Giuseppe Verdi veut s’inscrire au conservatoire de musique. Comme le conservatoire de Parme et celui de Paris, le conservatoire de Milan est vu comme une excellente institution en Europe, en matière de composition et d’histoire musicale. Il passe alors une audition, au cours de laquelle ses compositions sont appréciées par le jury, mais où la position de ses mains sur le clavecin est considérée comme un handicap qui ne peut être corrigé à 18 ans.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.