S'abonner à Médias Ténois

Splendeur de la musique classique au romantisme_17

 Né en 1813, au hameau Le Roncole du village Busseto au nord de la péninsule italienne, Giuseppe Verdi est un compositeur du mouvement romantique italien. Il a pour principale inspiration Rossini. Entre 1804 et 1814, sa région natale se trouve sous l’empire de Napoléon Bonaparte. Elle est alors connue comme département français du Taro dont Parme était le chef-lieu, situé entre Venise, Milan, Bologne, Florence et Genève. Ces villes possèdent de grandes infrastructures, au sein desquelles convergent plusieurs mouvements musicaux de compositeurs tels que Paganini, Rossini ou encore Bellini.

Les parents du compositeur né à Busseto – Carlo Giuseppe Verdi et Luigia Uttini – tiennent une auberge située dans ce même village, sur la route allant de Parme à Milan. C’est dans cette auberge que de nombreux musiciens se dirigeant vers Milan s’arrêtaient et passaient leurs nuits, très souvent accompagnées de musique et de danse. C’est également là où Giuseppe passe son enfance. Le maitre de chapelle de l’Église de Le Roncole, Pietro Baistrocchi, initie le jeune Giuseppe au monde de la musique, alors que celui-ci n’a que quatre ans, en lui apprenant des chansons religieuses chantées par la chorale du village. Lorsque Giuseppe entre à l’école du village, son père lui offre une épinette, un petit clavecin dont Guiseppe joue passionnément, répétant chaque jour au retour de l’école. Étonné, Pietro Baistrocchi décide de l’initier à la multidimensionnalité sonore de l’orgue, instrument que Giuseppe commence à maitriser dès l’âge de huit ans.

À dix ans, il est admis au lycée de Busseto, dans lequel il apprend le latin, la théologie, les arts libéraux et des rudiments d’italien. Deux ans plus tard, il est admis à l’école de musique de Ferdinando Provesi, codirecteur de la société philharmonique de Busseto. L’autre codirecteur de l’orchestre philharmonique est Antonio Baressi, qui devient un des plus grands admirateurs de Giuseppe. Ce dernier obtient son diplôme du lycée et entre dans l’orchestre philharmonique. Il deviendra, peu de temps après, directeur de l’orchestre.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.