Sous les glaces de l'Arctique

09 février 2001
0 Commentaire(s)
Plonger sous les glaces du fleuve Mackenzie ou de l'océan Arctique, c'est le gagne-pain de Wayne Gzowski qui dirige son entreprise, Arctic Divers Ltd. fondée en1974.

« Ils nous faisaient faire des push up avec les bombonnes d'oxygène sur le dos », se rappelle-t-il au sujet de sa formation de base en plongée sous-marine, reçue auprès des forces navales. « Je détestais ça, mais je me rends compte que cela m'est très utile aujourd'hui », admet Wayne Gzowski avec un petit sourire.

Être en bonne condition physique est un facteur essentiel pour descendre dans des eaux dont la température varie entre - 3 C et + 2 C. Que ce soit pour inspecter les barges servant au transport des vivres dans les endroits reculés, pour effectuer des réparations sur le système d'approvisionnement en eau potable d'une communauté ou pour vérifier l'état d'un pipeline immergé, les plongeurs ont besoin d'équipement lourd spécialisé. Quand Wayne et son équipe « prennent leur trou » et descendent dans le monde silencieux en suivant une corde qui les relie à la surface, trois systèmes d'urgence sont nécessaires. Si le compresseur en surface cesse de fonctionner, des bombonnes (elles aussi en surface) assurent une alimentation en oxygène aux plongeurs. Et si ce système flanche, les plongeurs possèdent également une bombonne de secours sur leur dos. Pas question de prendre des risques. Quand le mercure indique -40šC en surface, un bris mécanique peut survenir à tout moment.

Parfois, malgré tous ces systèmes, le mieux c'est encore d'avoir un fidèle compagnon de la race canineŠ pour prévenir les visites impromptues. « Lorsque j'effectuais une plongée près de Paulatuk, un ours polaire s'est approché du trou par lequel j'avais plongé, pensant avoir découvert une polynie, cette ouverture dans la glace par laquelle émergent les phoques pour respirer ». Avertis par le chien, des gens de la communauté sont allés chercher leurs fusils, en motoneige, histoire de faire peur au visiteur trop curieux. Pendant ce temps, Wayne poursuivait sa descente parmi crevettes et anémones, sans se douter du danger qui rôdait en surface. La plongée dans les eaux glaciales est donc une aventure qui nécessite une bonne compréhension des dangers spécifiques de l'Arctique ! Bien sûr, plusieurs lui demandent comment il fait pour endurer le froid et les eaux glaciales. « Les cellules de mon cerveau sont mortes de toute façon ! », répond celui qui n'a pas la langue dans sa poche. « Tu apprends à vivre avec mère nature et tu ne pousses jamais ta chance », conclut Wayne Gzowski pour qui la plongée en combinaison étanche demeure plus qu'un travail, mais une passion !
Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages