S'abonner à Médias Ténois

Signal radio pour Yellowknife : consultation citoyenne le 16 juin

L’antenne de Radio-Canada à partir de laquelle sont diffusés les signaux radio locaux est située dans 
le parc de Tin Can Hill, à Yellowknife. (Crédit photo : Lambert Baraut-Guinet)

L’antenne de Radio-Canada à partir de laquelle sont diffusés les signaux radio locaux est située dans le parc de Tin Can Hill, à Yellowknife. (Crédit photo : Lambert Baraut-Guinet)

Le jeudi 16 juin prochain, l’Association franco-culturelle de Yellowknife tiendra une rencontre publique pour donner aux membres de la communauté l’occasion de s’exprimer sur les questions posées lors de leur rencontre avec les membres de Radio-Canada, un peu plus tôt en avril de cette année.

L’évènement se tiendra à partir de 17 h 30 dans le bâtiment North Star, dans le centre-ville de la capitale. La consultation publique est organisée par l’Association franco-culturelle de Yellowknife avec l’objectif d’entendre ce que la communauté a à dire sur les options présentées il y a quelques mois lors d’une rencontre entre l’association et une équipe de la direction de Radio-Canada pour l’Ouest et le Nord.

 

Quelle programmation en français à Yellowknife ?

L’opérateur radio francophone propose effectivement de changer le signal diffusé par le répétiteur local, implanté sur Tin Can Hill. Les options sont au nombre de trois, comme l’explique Yann Prud’homme, premier directeur de Radio-Canada pour l’Alberta, la Colombie-Britannique et le Grand Nord : « Il y a le choix entre le statuquo et le signal actuel du Mont-Tremblant, le signal d’Edmonton en Alberta, ou celui de Vancouver en Colombie-Britannique. »

Un choix qui influerait sur certains programmes de la grille radio, d’après M. Prud’homme. Les spécificités des trois options seront détaillées par l’AFCY lors de la consultation, a confié Batiste Foisy à Médias ténois.

Parmi les programmes dont les contenus pourraient varier en fonction du signal choisi par la communauté, on trouve « les bulletins de nouvelles, qui sont diffusés également toutes les heures et sont produits dans l’Ouest ». Ces derniers peuvent intégrer du contenu produit par l’équipe d’ICI Grand Nord, responsable de la couverture journalistique pour les trois territoires du Nord du Canada.

« Le reste de la grille horaire est occupée par la programmation réseau nationale, diffusée sur toutes les ondes Radio-Canada », conclut le premier directeur.

Confrontée à ce choix, l’AFCY a donc décidé de consulter la communauté pour décider laquelle des trois options qui se présentent à elle aura sa faveur. La rencontre publique, au café citoyen, se tiendra le 16 juin à partir de 17 h 30 dans les locaux du bâtiment North Star, près du parc Somba K’e. Plus d’informations sont disponibles sur la page Facebook de l’association.

 

Une consultation importante pour la communauté

La rencontre entre les équipes des organismes franco-ténoises et Radio-Canada, début avril, a notamment ouvert la communication sur l’arrivée à échéance de plusieurs engagements entre les différentes structures.

Historiquement, expliquait le directeur général de l’AFCY à Médias ténois début avril, le signal diffusé à Yellowknife avait été obtenu il y a plus de 30 ans après de longues discussions entre l’AFCY et le diffuseur public. L’arrivée à échéance de la licence de diffusion en 2024 a déclenché la conversation à propos de qui, de l’association ou de Radio-Canada, continuera de posséder cette licence. Cela a également ouvert la proposition, de la part de Radio-Canada, de modifier ou non la nature du signal radio diffusé à Yellowknife.

Si la communauté avait choisi par le passé de recevoir le signal du Mont-Tremblant, à côté de Montréal, la situation a bien changé aujourd’hui. Comme l’explique Batiste Foisy, chargé de la programmation et de la communication à l’AFCY, « il est bien impossible de savoir à l’avance ce que préfère la communauté » en termes de signal radio.

« C’est donc pour ça que nous tenons cette consultation publique, précise-t-il. Il y aura une présentation des différentes informations que Radio-Canada nous a communiquées, suivi d’une période de parole ouverte où tout le monde pourra s’exprimer. »

Radio-Canada devrait selon nos sources participer en tant qu’observateur à la réunion publique. « Le seul souhait de Radio-Canada a annoncé Yann Prud’homme lors d’un entretien, c’est que la communauté ait les informations les plus justes » pour faire son choix.

Suite à cette concertation, l’équipe de l’AFCY devrait réaliser un sondage simple pour savoir à laquelle des trois options va la préférence de la communauté. « Si les réponses sont clairement en faveur d’une option parmi les trois, nous enverrons directement la recommandation à Radio-Canada », explique Batiste Foisy.

Les différentes parties prenantes ont évoqué la possibilité que les résultats de la consultation puissent permettre un changement de signal lors de la mise en place de la nouvelle programmation annuelle, en septembre 2022.

[Une version précédente de l’article mentionnait une date erronée. L’article a été corrigé en conséquence.]


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.