Urbanisme : Se garder au chaud avec la géothermie

 

En cette période de froid extrême, nous revisitons le concept d’une centrale géothermique à Yellowknife.

La géothermie est possiblement l’énergie durable la plus intéressante dans un contexte arctique : c’est une énergie qui ne dépend pas d’un soleil qui se fait rare en hiver comme l’énergie solaire ne dépend pas du courant d’une rivière qui gèle en hiver, comme l’hydroélectricité, et n’est pas à la merci des vents et des éléments, comme l’énergie éolienne. De plus, par l’usage de l’eau chauffée, elle amène une manière de chauffer les établissements et les maisons.
Aux Territoires du Nord-Ouest, où bien des logis dépendent encore du diésel pour leur électricité, le développement de la géothermie pourrait aussi permettre la réduction des gaz à effet de serre.
Le potentiel géothermique au Canada est particulièrement concentré dans l’Ouest canadien, suivant largement les montagnes Rocheuses, selon le rapport Geothermal Potential of Canada (Grasby, S.E. 2010), avec un bassin de roches sédimentaires chaudes recouvrant une large partie du bassin du fleuve Mackenzie. Yellowknife se situe à la limite de cette zone qui permet la génération d’électricité grâce à la haute température souterraine. Vers 2008, la Ville de Yellowknife commence à s’intéresser au potentiel géothermique de la mine Con.
Les recherches initiales furent largement positives, ce qui mena la municipalité à aller de l’avant avec le projet et de lancer les études plus en profondeur.
L’idée de bâtir une centrale géothermique fit rapidement son chemin et la capitale ténoise commença la recherche de partenaires privées. Pour un tel projet, l’administration envisagea d’emprunter 49 $ millions.
Cependant, pour emprunter une telle somme, la municipalité a dû soumettre la proposition à un référendum – mais le référendum échoua, car entre temps, une certaine résistance à l’idée avait fait son chemin parmi plusieurs résidents de Yellowknife.
La question des couts, en particulier, portait à l’inquiétude, tout comme à qui allait bénéficier un tel projet.
Ce grand projet, financé en partie par les contribuables, finirait-il simplement à fournir de l’électricité et du chauffage pour quelques grands bâtiments appartenant à la municipalité et aux grands propriétaires terriens de Yellowknife ?
Une question qui est restée sans réponse, car avec l’échec du référendum, ce fut la fin du projet : les études plus approfondies de faisabilités ne furent pas réalisées et la rotation des élus au conseil municipal a mis fin aux démarches qui ne semblaient pas faire l’affaire des citoyens.

L’urbanisme et l’énergie géothermique
Au-delà de l’investissement considérable que nécessiterait une telle entreprise, l’idée d’une centrale géothermique à Yellowknife mérite d’être explorée – surtout d’un point de vue urbanistique.
De bâtir une centrale géothermique simplement pour chauffer une poignée de bâtiment et pour améliorer l’empreinte écologique de la Ville de Yellowknife est, en fait, une mauvaise utilisation d’un tel projet.
La meilleure façon de vraiment exploiter une telle ressource serait de bâtir un nouveau quartier en sa proximité et d’établir dès le début un projet de réseau énergétique de quartier, où le chauffage et l’électricité y seraient intégrés.
Le développement du potentiel géothermique de la mine Con aurait donc un impact sur la direction du développement de la ville.
Plusieurs éléments viennent à l’esprit : le désir d’intensifier l’habitation au centre-ville pourrait être complété par l’intégration d’un système intégré de chauffage et d’électricité pour les nouveaux bâtiments; d’encourager le développement immobilier dans les environs du quartier Rycon, par sa proximité avec la mine et, selon le nouveau plan d’urbanisme, sa proximité à une nouvelle marina; et enfin, au lieu de déplacer l’agriculture vers Kam Lake, la Ville pourrait encourager la construction de serres, de complexes hydroponiques et de pisciculture qui pourraient prendre plein avantage du chauffage, de l’eau chaude et de l’énergie générée par la centrale.
Une telle initiative contribuerait grandement à combler l’insécurité alimentaire présente à Yellowknife. La présence de la centrale réorienterait le développement sur un axe sud-nord, se concentrant surtout sur le centre-ville et aux alentours de l’ancienne mine Con.
Une centrale géothermique pourrait donc jouer un rôle de premier plan dans le développement plus écologique et plus durable de Yellowknife. Mais pour véritablement en profiter, il est nécessaire d’avoir une vision d’ensemble et une véritable stratégie pour en maximiser l’usage : un élément qui semble avoir été absent lors du développement du projet – et certainement à son abandon.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages