S'abonner à Médias Ténois

Sauver la planète à coups de patin

Une vingtaine d’équipes ont participé à la première édition canadienne du Save Pond Hockey. (Crédit photo : Jean Soucy)

Une vingtaine d’équipes ont participé à la première édition canadienne du Save Pond Hockey. (Crédit photo : Jean Soucy)

Hay River enfilait ses patins du 11 au 13 mars, pour le tournoi annuel Polar Pond Hockey. Organisé depuis 2008 dans la collectivité du Slave Sud, cet évènement sportif en extérieur attire plus d’une centaine de participants.

Thomas Chabot
IJL – Réseau.presse – L’Aquilon

Si la saison estivale est synonyme des Hay Days pour le Quai des pêcheurs, lors d’une fin de semaine en mars, c’est le hockey qui domine le paysage. En arrière du bâtiment, une dizaine de patinoires sont créées pour accueillir les festivités.

L’édition 2022 amène un vent de renouveau à l’évènement, qui a connu des complications au fil des dernières années. En cinq ans, c’est la première fois que le tournoi peut avoir lieu au maximum de ses capacités.

En 2018, l’évènement est annulé en raison de la tenue des Jeux d’hiver de l’Arctique dans la collectivité et en 2019, les températures élevées empêchent la construction des patinoires extérieures. Le tournoi est de retour en 2020, mais à plus petite échelle en raison des restrictions sanitaires. L’édition 2021 se voit quant à elle annulée en réponse à la montée des cas de COVID-19. C’est donc le premier véritable tournoi Polar Pond Hockey à se tenir à Hay River depuis cinq ans.

Les Big Test Icicles gardent le sourire, malgré une blessure dans l’équipe. (Crédit photo : Dan Kipling)

Le retour de l’évènement semblait attendu, avec la participation de 24 équipes aux différents tournois. Au final, les Smirnoff Steamers sont nommés champions de la division ouverte et l’équipe Shut The Bardown remporte la première place de la division féminine.

Mis à part le retour du tournoi Polar Pond Hockey, cette année voyait aussi la première édition d’un tournoi Save Pond Hockey en Amérique du Nord. Des tournois Save Pond Hockey étaient prévus à Penticton en Colombie-Britannique et à Stonewall au Manitoba, mais ont dû être annulés en raison de la COVID-19.

Lancée en 2015 à Helsinki en Finlande, l’initiative a pour objectif de sensibiliser et d’amasser des fonds pour la lutte contre les changements climatiques. Dans le cas de Hay River, les fonds amassés serviront à l’acquisition d’une surfaceuse électrique pour la patinoire du centre récréatif de la collectivité.

La présence de l’ancien joueur de la LNH Curtis Glencross ne passe pas inaperçue pour un jeune joueur bien content.
(Crédit photo : Shannon Sanguez)

L’évènement n’a pas attiré que des résidents de Hay River et des autres collectivités ténoises, plusieurs grands noms du hockey étaient au rendez-vous. L’olympienne aux trois médailles d’or, Meghan Agosta, a notamment fait le chemin pour participer au tournoi.

D’anciens joueurs de la Ligue nationale de hockey étaient aussi présents : Curtis Glencross des Flames de Calgary, Craig MacTavish des Oilers d’Edmonton et Andrew Ference des Bruins de Boston. En fin de tournoi, les athlètes ont profité de leur présence à Hay River pour visiter les résidents de la maison de retraite Woodland Manor.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.