Les 40 ans de la FFT : Révolte persistante

06 décembre 2018
Léo-Paul Provencher (Archives L’Aquilon)

Léo-Paul Provencher (Archives L’Aquilon)

Léo-Paul Provencher toujours en colère contre les iniquités entre groupes linguistiques.

Les années passées n’ont pas semblé entamer la révolte de l’ancien directeur général de la Fédération franco-ténoise (FFT), Léo-Paul Provencher, contre le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO).


M. Provencher a été à la FFT pendant environ 10 ans entre 2003 et 2014, hormis deux retours au Québec.
L’évènement primordial de sa direction a été, dit-il, la poursuite contre le fédéral et les TNO pour leur refus de respecter leurs obligations légales envers les francophones.


« Une lutte éternelle, dénonce M. Provencher, extrêmement longue, et qui a couté des sous. Ça nous a permis de faire valoir nos points de vue, mais je ne suis pas parfaitement convaincu des changements que nous avons réussi à générer. Je serais curieux de voir la mise en œuvre des plans qui ont été adoptés après la poursuite. »


Soulignant la résilience des francophones au Nord comme ailleurs, M. Provencher ne peut toutefois s’empêcher de déplorer l’éternel recommencement des combats pour le respect de leurs droits et la somme des énergies dépensées pour obtenir ce qui est précisé dans la Charte des droits et libertés.


« C’est clair que la communauté est contente d’avoir eu un gymnase, mais est-elle contente de s’être battue durant des années ? Je trouve dégueulasse toute l’énergie qu’il a fallu consacrer à ça. Nous avons continué de passer pour des chialeux parce que nous avons demandé ce qui aurait dû être un acquis. Ça me préoccupe. »

Résilience
Léo-Paul Provencher fait du bénévolat à temps plein pour un organisme qui s’occupe de la détresse masculine, Hommes Québec.


Parallèlement, il écrit un livre de réflexions et de formation sur la souveraineté du Québec et la francophonie. Les Territoires du Nord-Ouest y occupent évidemment une place.


Il trouve le temps de suivre l’actualité ténoise et considère que le rapprochement entre Fort Smith et Hay River est une belle initiative.


« Je salue, dit-il, la résilience et les engagements de la francophonie dans le maintien de ses liens communautaires. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages