S'abonner à Médias Ténois

Articles de l'Arctique, 7 janvier 2022 : Rétrospective 2021 : retour sur la réconciliation à travers les territoires

La nomination historique de Mary Simon, en juillet 2021, au poste de gouverneure générale marque un tournant sur le chemin de la réconciliation. Originaire du Nunavik, elle est la première femme autochtone à occuper ce poste. (Crédit photo : Sgt Mathieu St-Amour, Rideau Hall)

La nomination historique de Mary Simon, en juillet 2021, au poste de gouverneure générale marque un tournant sur le chemin de la réconciliation. Originaire du Nunavik, elle est la première femme autochtone à occuper ce poste. (Crédit photo : Sgt Mathieu St-Amour, Rideau Hall)

L’onde de choc créée par la découverte des corps de 215 enfants dans des tombes non marquées à Kamloops, en Colombie-Britannique, en juin 2021, a eu des répercussions dans les territoires. Le chemin de la réconciliation demandé en 2015 dans le rapport final de la Commission de vérité et réconciliation a pris une autre tournure et s’est finalement matérialisé en actions concrètes. La nomination de Mary Simon au poste de Gouverneure générale, le dialogue qui s’est mis en place entre les Premières Nations, les Inuits et les Métis avec l’Église catholique en sont quelques exemples.

Cependant ce chemin semble tortueux lorsqu’il est question de l’affaire du prêtre abuseur oblat Joannes Rivoire qui, malgré les plaintes déposées en 1993 par quatre plaignants, fuit toujours la justice. Aujourd’hui âgé de plus de 90 ans, il est hébergé en France dans un établissement pour personnes en perte d’autonomie.

Voici une rétrospective des trois évènements qui ont marqué durablement les trois territoires en 2021.

 

1– La nomination de Mary Simon au poste de gouverneure générale : un évènement historique

Mary Simon est la première femme autochtone, originaire du Nunavik, à avoir été nommée au poste de gouverneure générale. Sa nomination est historique et marque un premier pas sur le sentier de la réconciliation entre les peuples autochtones et le gouvernement fédéral.

« Ma nomination reflète nos progrès collectifs vers la construction d’une société plus inclusive et plus équitable », a-t-elle expliqué lors de son discours d’investiture le 6 juillet 2021.

Le 23 novembre dernier, Mme Simon a prononcé, en anglais, en français et en inuktitut, le discours du Trône, qui expose les lignes directrices du programme du gouvernement. Pour la cheffe régionale à l’Assemblée nationale des Premières Nations pour le Yukon, Kluane Adamek, non seulement ce discours est une première étape concrète vers la réconciliation, mais c’est aussi un moment inspirant pour toute une génération de jeunes femmes autochtones.

2– La délégation en visite au Vatican : des excuses du Pape très attendues

Le 24 septembre 2021, les évêques catholiques du Canada ont présenté des excuses sans équivoque aux personnes survivantes des pensionnats. Adressées aux personnes des Premières Nations, aux Inuits et aux Métis, ces excuses officielles reconnaissent les graves abus qui ont été commis dans le passé et évoquent le profond remords de l’ensemble des évêques catholiques du pays.

Ce dialogue initié à l’automne dernier marque la première étape du processus de réconciliation. Dans cette optique, une délégation des Premières Nations, des Inuits et des Métis devait se rendre au Vatican, afin de rencontrer le Pape, en décembre 2021. Ce voyage a été reporté en raison de l’apparition du variant Omicron. En effet, certains membres de la délégation sont des personnes ainées vulnérables et le risque de contracter la maladie, lors d’un voyage international, est trop élevé. Cette première rencontre, pour laquelle une nouvelle date n’a pas encore été communiquée, sera suivie d’une visite du Pape en sol canadien où des excuses officielles devraient être adressées aux peuples autochtones.

 

3– Le prêtre Rivoire : une injustice supplémentaire vécue par les victimes et leurs familles

En 1993 alors que quatre plaignants du Nunavut se manifestent et soutiennent qu’entre 1968 et 1970 le Père Rivoire les avait sexuellement agressés alors qu’ils étaient enfants, celui-ci quitte précipitamment le Canada pour se réfugier en France. Ayant la double nationalité, il a été hébergé dans divers établissements de la communauté oblat. En 2018, le Service des poursuites pénales du Canada a suspendu les accusations qui avaient été portées contre lui dû au fait qu’il n’existait plus de perspective raisonnable de condamnation. En effet, la France n’extrade pas ses ressortissants.

Lors d’une conférence de presse tenue à Ottawa le 8 juillet 2021, Mumilaaq Qaqqaq, alors députée du Nunavut, et Charlie Angus, député de Timmins-Baie James en Ontario, ont exprimé leur colère et ont demandé que justice soit faite dans cette affaire. Une tendance à la collusion entre le gouvernement fédéral et l’Église serait une des raisons de l’impasse dans laquelle se retrouve cette affaire, selon le député.

Cependant, le 30 novembre 2021, Charlie Angus et Lori Idlout, députée du Nunavut élue en septembre 2021, ont demandé officiellement dans une lettre adressée au président de la Conférence des évêques de France, Monseigneur Éric de Moulins-Beaufort, « d’aider [les deux députés] à exercer une pression sur l’Ordre des oblats pour faire en sorte que M. Rivoire revienne au Canada pour y affronter la justice. » Un renvoi du prêtre devant le système judiciaire canadien est essentiel au processus de guérison, peut-on également lire dans le courrier. À ce jour, aucune réponse n’a été apportée à la requête des deux députés canadiens.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages