S'abonner à Médias Ténois

Articles de l'Arctique, 3 décembre 2021 : Réserve faunique nationale de l’Arctique : Un projet de loi va de l’avant à Washington

02 décembre 2021
La Réserve faunique nationale de l’Arctique est la zone d’hivernage et de mise bas de la harde de caribous de la Porcupine. Une protection définitive de cette zone signifierait aussi une protection des caribous qui ont une place fondamentale dans la culture gwich'in. (Credit photo : Gyde Sheperd)

La Réserve faunique nationale de l’Arctique est la zone d’hivernage et de mise bas de la harde de caribous de la Porcupine. Une protection définitive de cette zone signifierait aussi une protection des caribous qui ont une place fondamentale dans la culture gwich'in. (Credit photo : Gyde Sheperd)

 Le 18 novembre 2021, la Chambre des représentants américaine a adopté un projet de loi appelé « Build Back Better » (mieux reconstruire) qui, comme son nom l’indique, vise à apporter plus d’équité dans la société par des réformes améliorant, notamment, la couverture médicale. Cependant, ce sont les propositions visant à lutter contre les effets du réchauffement climatique qui constituent une avancée significative vers la protection permanente de la Réserve faunique nationale de l’Arctique, en Alaska (Arctic National Wildlife Refuge).

Ce projet de loi stipule que cette zone de plus de 78 000 km2 serait protégée et ne pourrait plus être à la merci de potentiels projets d’exploitation de pétrole et de gaz présents dans la région. Il implique également l’annulation des ventes de baux du 6 janvier 2021. Lors de cette vente virtuelle, l’autorité de développement industriel et d’exportation de l’Alaska, société publique de l’État de l’Alaska, avait présenté la majorité des offres dont la plus élevée s’élevait à 14,4 millions $.

Dana Tizya-Tramm, chef de la Première Nation Vuntut Gwitchin au Yukon, et défenseur de longue date de la Réserve faunique, s’est dit ému à l’annonce de cette nouvelle.

« C’est un signal important que la Chambre des représentants [nous envoie] et c’est une reconnaissance des droits fondamentaux de la personne. [Cet organe du pouvoir législatif] a reconnu les effets désastreux que des projets de développement pourraient avoir dans cette région encore intacte », indique le chef Tizya-Tramm lors d’une conférence de presse, le 19 novembre.

 

Un désintéressement du monde de la finance

La vulnérabilité extrême de cette zone n’a pas échappé à certaines institutions financières du Canada et des États-Unis, qui ont décidé de ne plus financer aucun projet dans la Réserve faunique de l’Arctique. Récemment, la compagnie d’assurance Zurich s’est jointe aux banques Scotia et RBC, pour n’en citer que quelques-unes, qui ont clairement affiché leur scepticisme face aux projets de développement dans la région. la Réserve faunique de l’Arctique est un endroit sacré pour le peuple Gwich’in de l’Alaska, du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest. Aire de mise bas indispensable à la survie de la harde de caribous de la Porcupine, c’est la protection du caribou qui se joue, à l’heure où l’insécurité alimentaire prédomine malheureusement dans de nombreuses collectivités de l’Arctique.

 

Au cœur de l’identité gwich’in

Le caribou tient une place primordiale dans le cœur du peuple gwich’in dont le mythe fondateur place cet animal au centre de l’histoire originelle. Pour la directrice générale du Comité directeur gwich’in (Gwich’in Steering Committee), Bernadette Demienteff, la Réserve faunique qui n’est pas une terre à vendre, « fait partie de la culture et de l’identité gwich’in. » Si elle reproche aux Sénateurs américains de n’avoir jamais cherché à communiquer avec les membres du Comité directeur, elle rappelle que le pétrole et l’argent ne se mangent pas, contrairement à la viande de caribou.

Pour être définitivement entérinée, la proposition de loi doit encore être adoptée par le Sénat

Le chef Dana Tyzia-Tramm se dit plein d’espoir quant à son adoption au Sénat. Il reconnait cependant que, face au réchauffement climatique, le travail à accomplir est encore immense. La Réserve de l’Arctique présente les séquelles de l’augmentation des températures, selon lui, et, une fois que cette loi sera définitivement adoptée, « nous pourrons commencer à travailler réellement à un niveau de protection beaucoup plus élevé de ce territoire ».

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.