#FrancoTNO : Remue-méninge pour le Plan

17 décembre 2019
Les participants à la révision du Plan de développement glogal de la communauté franco-ténoise.
Au premier rang : Annie Gourde, Soraya Ellert, Linda Bussey
Au second rang : Lyne Gagnon, Xavier Lord-Giroux, Jessica Payeur, Océanne Coulaudoux, Simon Cloutier, Diane Magné,
Au troisième rang : Maxence Jaillet, Catherine Lemire, Jean Françoise Pitre.

Les participants à la révision du Plan de développement glogal de la communauté franco-ténoise. Au premier rang : Annie Gourde, Soraya Ellert, Linda Bussey Au second rang : Lyne Gagnon, Xavier Lord-Giroux, Jessica Payeur, Océanne Coulaudoux, Simon Cloutier, Diane Magné, Au troisième rang : Maxence Jaillet, Catherine Lemire, Jean Françoise Pitre.

Le 30 novembre dernier, la Fédération franco-ténoise a rassemblé quelques représentants de la communauté francophone des Territoires du Nord-Ouest afin de mettre à jour le plan de développement global de la communauté.



Le plan de développement global 2016-2022 (PDG) pour les francophones des Territoires du Nord-Ouest a été créé il y a quatre ans. Ce plan est une initiative de la Fédération franco-ténoise (FFT). L’outil vise à favoriser la mise en place d’actions et la recherche de financement pour la communauté.
Le président de la Fédération, Jean-François Pitre, explique que le PDG permet de justifier les actions à entreprendre pour assurer la vitalité de la francophonie auprès des instances de financement de manière concrète.

Optimiser les pistes d’action
« On a regardé, pour voir s’il y avait de la répétition dans le plan », relate Jean-François Pitre après cette séance de remue-méninge. Divisé en quatre grands chantiers, le PDG comprend : la place de notre population; le dynamisme de notre identité et du sentiment d’appartenance; le renforcement de notre francophonie et le développement de notre capacité. Pour chacun de ces chantiers, des objectifs stratégiques et des pistes d’actions sont suggérés. En raffinant les chantiers et les objectifs, le président de la FFT estime qu’ils pourront déterminer des actions plus pointues.
De plus, M. Pitre rapporte que les participants à la rencontre ont réclamé plus d’ouverture et d’inclusion pour les pistes d’action du PDG. « On a réuni plus que juste le gouvernement et les associations dans les actions », détaille-t-il.

Collaboration interrégionale sur la bonne voie
Cette ouverture a d’ailleurs réjoui une des représentantes des collectivités hors capitale, la présidente de l’Association franco-culturelle de Hay River, Soraya Ellert. « Ça a été une bonne rencontre, commente-t-elle. C’était bien de voir que la FFT élargit sa vision en dehors de Yellowknife. [...] Pour ce qui est de Hay River et Fort Smith, c’est sûr qu’on se sent maintenant plus de la partie qu’avant. C’est la convivialité qu’il y avait, c’était plaisant à voir, des bonnes discussions. Aux tables les idées se rejoignaient. On voyait qu’on pense tous la même chose et qu’on veut aller de l’avant vers les mêmes buts et objectifs. »

La culture pour se faire comprendre et connaitre
Dans les nouveaux points soulevés pour le PDG, on compte également la question de la culture. « Les artistes et la culture, on n’en parlait pas souvent, rappelle Jean-François Pitre. Par contre, peut-être que si tu comprends la culture, tu vas comprendre plus la francophonie [...]. C’est difficile d’expliquer ce que c’est que d’être francophone si tu ne sais pas d’où ça vient ».
Selon le président de la Fédération franco-ténoise, les chantiers et les objectifs du PDG 2016-2022sont maintenant à jour, alors que les pistes d’action seront revues après Noël, en 2020.
Parmi les enjeux globaux énoncés dans le PDG en 2016, on soulève entre autres : le taux de roulement élevé au sein des organismes, le droit à l’éducation en français, les relations avec le gouvernement territorial en matière de droits linguistiques et le défi du soutien au développement de la francophonie dans les régions.

 

Cet article a été rendu possible en partie grâce au gouvernement du Canada

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de nouvelles
Journaliste à Yellowknife |
Marie-Soleil Desautels
Journaliste à Hay River | Thomas Chabot
Journaliste IJL | Thomas Ethier
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867-766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4T
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
614 – 115, rue George, Oakville, ON L2J 0A5
T 905-599-2561