Le ventre à la communion : Religion

09 juin 2000
0 Commentaire(s)
Isabelle Sénéchal et Eugénie Cyr ne sont pas à la veille d'oublier leur première communion, qu'elles ont célébré avec quatre autres élèves de l'École Allain St-Cyr à Yellowknife le 6 juin dernier. Elles ont dû lire la Bible, apprendre leur chapelet et quelques prières chaque lundi, après l'école, durant une période de six semaines, avant de pouvoir franchir le seuil de cet important rituel catholique.

Pourtant, ce n'est pas la tenue des rituels en français, une première aux T.N.-O. (depuis une bonne cinquantaine d'années), qui aura marqué ces jeunes demoiselles, mais les mets servis à l'Église Saint-Patrick. Elles ont largement apprécié les délices servies par Mgr Denis Croteau lors de la cérémonie.

« Manger des hosties est ce que j'ai le plus aimé de ma première communion », s'est vanté Isabelle Sénéchal, une élève de la quatrième année. « Je n'en avais jamais essayé auparavant », a-t-elle ajouté. « On a également mangé un gâteau marbré. Les noms des six élèves qui ont célébré leur première communion étaient écrits dessus (avec du glaçage) », a expliqué Eugénie Cyr. Les autres élèves sont : Marie-Michèle Dallaire, Alexandre Chouinard, Alexandra Morneau et Danika Vautour.

Mgr Croteau a indiqué qu'il n'avait jamais participé à une première communion en français aux T.N.-O. L'absence du curé de l'église, Patrick Murphy, a été l'un des facteurs déterminants pour que la cérémonie se déroule dans la langue de Molière. Le responsable du diocèse concède toutefois que les parents francophones ont joué un rôle déterminant pour que la communion ait lieu en français.

« Si les parents veulent célébrer les premières communions en français, le diocèse trouvera un moyen de les accommoder », a indiqué ce dernier. Il a d'ailleurs souligné les efforts d'Anne Bérubé et de Marthe Cyr, deux parents, après la tenue de la cérémonie.

Environ quarante personnes étaient présentes à l'Église à 19 h lorsque les enfants ont célébré leur première communion. Ces derniers ont également chanté en français.

« La cérémonie était assez traditionnelle, sauf qu'elle s'est déroulée uniquement en français et qu'il y avait une bonne présence », a indiqué Mgr Croteau. « Elle était très belle ».

Les enfants ont transporté de l'eau bénite, des bibles et des croix lors de la procession. Les filles étaient vêtues de leurs robes les plus chics pour l'occasion et le garçon a fièrement arboré sa cravate, lui donnant un air distingué. Les parents ont ensuite photographié les jeunes pour clôturer cette fière journée.
Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages